Justice

Corruption : John Dramani Mahama éclaboussé par l’affaire Airbus

Réservé aux abonnés | | Par - à Londres
Mis à jour le 17 mai 2021 à 17h58
John Dramani Mahama, candidat à la présidentielle de décembre 2020

John Dramani Mahama, candidat à la présidentielle de décembre 2020 © Cristina Aldehuela / Bloomberg via Getty Images

Des proches de l’ancien président sont incriminés dans une enquête sur l’affaire de corruption qui secoue le géant de l’aéronautique européen Airbus. Des révélations qui tombent mal pour John Dramani Mahama, qui briguera un nouveau mandat en fin d’année.

On aurait difficilement pu imaginer cadre plus improbable pour une révélation de cette nature. La scène se déroule en novembre 2010 : Philip Middlemiss, ancienne vedette de la série britannique à succès Coronation Street, se rend avec sa compagne, l’actrice Leanne Davis, à un gala de charité organisé dans l’enceinte d’un club de cricket du nord-ouest de l’Angleterre. En accord avec le thème de la soirée – les psychédéliques années soixante –, l’acteur est vêtu d’un costume trois pièces à carreaux et chaussé de bottines Chelsea. Quand un journal local lui demande quels sont ses projets, la réponse de Middlemiss est pour le moins inattendue. « Je travaille au Ghana, en Afrique de l’Ouest. Le frère de mon meilleur ami en est le vice-président. » Et de poursuivre : « Je m’y suis rendu en pensant réaliser un film, et maintenant je travaille avec le gouvernement. » Le journaliste, manifestement pris de court, lui demande s’il s’agit d’une blague. « Non, non, c’est la vérité ! » rétorque-t-il en riant.

Dix ans plus tard, les résultats d’une enquête visant l’avionneur européen Airbus, menée conjointement par les autorités françaises, britanniques et américaines et portant sur des faits présumés de corruption commis dans vingt-trois pays, y compris au Ghana, éclairent cet échange d’un jour nouveau. Et plongent John Dramani Mahama dans la tourmente.

Une affaire de commissions occultes

Entre 2009 et 2012, John Dramani Mahama était le vice-président du Ghana. Élu par la suite à la tête du pays, qu’il dirigera jusqu’aux tout premiers jours de 2017, il est aujourd’hui soupçonné de corruption dans une affaire de commissions occultes en marge d’un contrat de vente d’équipements militaires d’Airbus à la République du Ghana. Philip Middlemiss, Leanne Davis et le frère de John Dramani Mahama, Samuel Adam Mahama, sont quant à eux soupçonnés d’avoir servi d’intermédiaires entre Airbus et le président ghanéen.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 9,99€/mois, sans engagement

payez une fois par an
et profitez à chaque fois de 2 mois offerts !

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + votre numéro spécial Jeune Afrique en version numérique
  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer