Culture

Mascarade anticoronavirus : dix masques originaux et parfois inutiles

| Par
Mis à jour le 19 mai 2020 à 13h51
Pour se protéger contre le coronavirus, tous les moyens sont bons, quitte à contourner les règles ou s'amuser un peu.

Pour se protéger contre le coronavirus, tous les moyens sont bons, quitte à contourner les règles ou s'amuser un peu. © DR / Capture d'écrans réseaux sociaux/SUMY SADURNI-AFP/ gabonactu.com

En pleine crise sanitaire, la demande de masques médicaux explose sur le continent. Pour se protéger, tous les moyens sont bons, quitte à contourner les règles en fabriquant les masques les plus farfelus. Passage en revue des créations les plus surprenantes.

Le masque présidentiel

Second pays le plus touché par la pandémie en Afrique, le Cameroun affiche un lot de masques atypiques. Sur cette photo, un homme semble profiter de cette période de crise pour afficher son patriotisme en portant un masque on ne peut plus banal, qui néanmoins comporte une touche particulière : une représentation du président Paul Biya accompagnée du slogan de sa campagne électorale « la force de l’expérience ».

Le masque intégral

Masques créés au Tchad pour protéger le personnel médical.

Au Tchad, l’initiative « masques pour notre personnel médical » est survenue à la suite de contaminations de médecins et d’infirmiers dans les hôpitaux du pays. Présentés sur des mannequins, ces masques de type visière assortis d’une touche traditionnelle sont conformes aux masques chirurgicaux et réutilisables. Il s’agit d’une production de la maison de couture Camara Création visant à sensibiliser sur les conditions de travail des corps hospitaliers tchadiens.

Le masque à la noix 

Dans le quartier de Bangos, à Libreville.

Dans le quartier de Bangos, à Libreville. © © gabonactu.com

Dans le quartier de Bangos, à Libreville, un homme arbore fièrement ce qu’il pense être un masque « anti-Covid-19 ». Il s’agit du mukwissa, une feuille populaire chez le peuple gabonais. D’après lui, les trous présents dans celle-ci lui permettent de respirer tout en empêchant le virus de le contaminer. Contrairement à ce que l’on peut penser, la noix de palme accrochée à ce masque « traditionnel » ne sert pas de décoration. D’après son créateur, elle serait bel et bien capable de détecter le virus. L’efficacité de cette confection reste néanmoins à prouver.

Le masque de guerre

Cet homme aux allures de guerrier africain s’est confectionné un masque de protection traditionnel en alliant la sécurité à l’esthétisme. Les zones essentielles protégées, il a ajouté quelques cauris et des ornements en cuir au niveau de la tête, semblables à une couronne tribale. Un look réussi pour lutter contre la pandémie.

Le masque mystique

Avec l’obligation de porter un masque au Sénégal, l’imagination des artisans locaux bat son plein. Ainsi certains fabriquent des masques à l’effigie de célèbres marabouts dans plusieurs villes du pays.

Un fait inédit qui met en lumière des personnalités religieuses prenant la pose telles que Serigne Fallou Mbacké, Serigne Babacar Sy ou encore Cheikh Ibrahima Fall. Une façon pour ses utilisateurs de concilier protection physique et mystique, le masque vendu répondant aux normes exigées pour se protéger du virus.

Le masque de fer

UGANDA-HEALTH-VIRUS

Un homme portant un masque en métal, le 1er avril 2020 à Kampala. © Kampala, le 1er avril 200.

Il semblerait que tous les matériaux soient bons pour se fabriquer un masque. À Kampala, capitale de l’Ouganda, la photographe espagnole Sumy Sadurni a obtenu le cliché d’un homme se baladant avec une pièce mécanique de voiture en guise de masque. N’ayant pas les moyens de s’en offrir un, ce dernier se serait bricolé une protection sphérique métallique à partir d’objets recyclés.

Le masque imaginaire

En Afrique du Sud, pays du continent le plus touché par le Covid-19, le port du masque est dès à présent obligatoire. Ici, un Sud-Africain affiche un masque des plus insolites, une fabrication maison qui ne lui aura coûté aucun effort et qui n’aura nécessité qu’un seul matériau, de la peinture blanche. Le «masque» en question est une imitation humoristique qui, dans ce cas précis, n’est d’aucune utilité, car il est simplement dessiné sur la peau. Une touche à prendre avec le sourire.

Le masque gourmand

Qui aurait pensé qu’un pain au lait aurait un autre usage que celui de petit-déjeuner ? Un vendeur à la sauvette sénégalais le prouve en inventant un masque en pain au lait en guise de protection contre la pandémie. Creusée en son centre afin d’y placer correctement le nez et la bouche, cette création comestible munie de plusieurs anses est vendue au bord des routes de Dakar. La vidéo montre que cette idée attire par son originalité mais certainement pas par son efficacité.

Le masque ironique

Plusieurs études avancent que les fumeurs seraient les moins touchés parmi les victimes du Covid-19. Une raison pour certains d’utiliser des masques leur permettant de garder le plaisir de fumer. Ici, un homme se promène avec un masque qui, à l’origine, entrait dans les normes de protection. Le hic est qu’il a dû y ajouter un trou afin de pouvoir placer une cigarette dans sa bouche, rendant son masque inefficace.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne