Économie

Le président algérien exclut le recours au FMI malgré la chute des cours du pétrole

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 05 mai 2020 à 11h17
Abdelmadjid Tebboune lors d'une conférence de presse à Alger, le 24 novembre 2019.

Abdelmadjid Tebboune lors d'une conférence de presse à Alger, le 24 novembre 2019. © Fateh Guidoum/AP/SIPA

L’Algérie a exclu de contracter des prêts auprès du Fonds monétaire international (FMI) et des organismes financiers internationaux en dépit de la crise financière qui menace le pays en raison de l’affaiblissement des cours du pétrole, a affirmé le président algérien Abdelmadjid Tebboune.

« L’endettement porte atteinte à la souveraineté nationale », a estimé Abdelmadjid Tebboune lors d’une rencontre avec des médias algériens diffusée vendredi soir.

L’Algérie est très dépendante de la rente pétrolière, qui représente plus de 90% de ses recettes extérieures, et ses réserves de change se sont réduites comme peau de chagrin, passant de 162,4 milliards d’euros en 2014 à près de 57 milliards d’euros fin 2019.

Face à la chute des prix de l’or noir et à l’arrêt de l’économie à cause de la pandémie de Covid-19, Abdelmadjid Tebboune a assuré préférer « emprunter auprès des citoyens plutôt qu’auprès du FMI ou de la Banque mondiale (BM) », rappelant la mauvaise expérience du pays après le recours à l’endettement auprès du FMI au début des années 1990.

Abdelmadjid Tebboune a précisé que l’argent du circuit informel, c’est-à-dire hors du système financier traditionnel, représentait « entre 6 000 milliards de dinars (42,57 mds EUR) et 10 000 milliards de dinars (près de 71 mds EUR) », assurant que les propriétaires de fonds auraient « toutes les garanties et les facilitations (…) pour contribuer à l’économie nationale ».

Récession attendue

« Je préfère emprunter auprès des Algériens que d’aller vers le FMI ou d’autres banques étrangères » car « lorsque nous empruntons auprès de banques étrangères, on ne peut parler ni de la Palestine ni du Sahara occidental », deux causes chères à Alger, a-t-il argué.

« Face à la crise du coronavirus, notre point fort était que nous n’étions pas endettés », a ajouté le président.

Selon des prévisions du FMI, l’Algérie devrait connaître une récession en 2020 (-5,2%) ainsi qu’un déficit budgétaire parmi les plus élevés de la région en raison de la chute des cours du pétrole et du nouveau coronavirus.

En 2018, la dette publique extérieure du pays était très faible (moins de 2% du PIB), mais selon le Premier ministre Abdelaziz Djerad, la dette publique intérieure a augmenté de 26% du PIB en 2017 à 45% du PIB en 2019.

Abdelmadjid Tebboune a souligné que des pays « amis » – sans les mentionner – avaient proposé d’accorder des « prêts » mais qu’il avait décliné pour le moment.

Le président algérien a également assuré que le pays n’aurait pas recours à la planche à billets car cela conduirait selon lui, in fine, à l’explosion du taux d’inflation.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte