Dossier

Cet article est issu du dossier «Série : Ping, Kamto, Fayulu, Kodjo… Enquête sur ces « présidents » en salle d’attente »

Voir tout le sommaire
Politique

RDC : qu’est-ce qui fait courir Martin Fayulu ?

Martin Fayulu, ex-candidat à la présidentielle en RDC.

Martin Fayulu, ex-candidat à la présidentielle en RDC. © Robert Carrubba pour JA

« Présidents » en salle d’attente (1/4). Voilà près d’un an et demi que Félix Tshisekedi est devenu président de la RDC. Un épisode que Martin Fayulu, son rival dans les urnes, a bien du mal à digérer, convaincu que la communauté internationale l’a “trahi”. Il continue pourtant de s’activer et enchaîne les rendez-vous dans l’espoir – vain ? – de faire avancer sa cause.

Si l’on en croit ses amis, Martin Fayulu n’a rien perdu des qualités qui étaient les siennes lorsqu’il jouait au tennis, au début des années 1980. “C’était un teigneux, capable de courir au quatre coins du court”, se souvient l’un d’eux, qui lui trouve même, dans une comparaison osée mais flatteuse, “un petit côté Rafael Nadal”. Pourtant, dans les rangs de la majorité comme dans ceux de l’opposition, on s’interroge : à courir ainsi partout, un an et demi après que Félix Tshisekedi a été proclamé vainqueur de l’élection présidentielle, Martin Fayulu ne va-t-il pas finir par s’épuiser et renoncer à revendiquer la victoire ?

Au début de mars, sous le dôme d’un grand hôtel parisien, dans une ville qui ne subit pas encore les rigueurs du confinement, Martin Fayulu enchaîne les rendez-vous et distribue des cartes de visite sur lesquelles on distingue sans peine la mention “Président élu”. Il y a là des membres de la diaspora, des collaborateurs, de simples amis… À chacun, le candidat malheureux au scrutin du 30 décembre 2018 assure qu’il a encore du souffle, que “tant que le peuple sera de [leur] côté, celui de la vérité des urnes, [il] ne renoncer[a] pas !”

Convaincu que “la flamme [de ses partisans] est toujours là”, cet ancien cadre de la compagnie pétrolière américaine ExxonMobil s’apprêtait alors à décoller pour les États-Unis, où il devait, avant que l’épidémie de coronavirus vienne balayer ses plans, participer à une série de conférences sur la situation politique en RDC. Un flyer aux allures d’affichette de campagne à la main, il nous détaillait son programme.

Toujours un “soldat du peuple”

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte