Justice

Au Sénégal, la nouvelle vie en semi-liberté du Tchadien Hissène Habré

L'ancien dictateur tchadien, Hissène Habré, à Dakar, le 3 juin 2015.

L'ancien dictateur tchadien, Hissène Habré, à Dakar, le 3 juin 2015. © SEYLLOU/AFP

Libéré le 6 avril dans le cadre des mesures liées à la pandémie de coronavirus, Hissène Habré purge actuellement sa peine à son domicile – ou plutôt à ses domiciles. Jeune Afrique fait le point sur la détention aménagée de l’ancien président tchadien.

Depuis le 6 avril, Hissène Habré, 77 ans, a retrouvé la jouissance d’une semi-liberté. Sous la surveillance de l’administration pénitentiaire, l’ancien président tchadien partage ses semaines entre ses deux domiciles dakarois : celui du quartier des Almadies et celui de Ouakam, où dans chacun d’eux réside l’une de ses deux épouses. 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

puis 7,99€/mois, sans engagement

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte