BTP & Infrastructures

Abengoa Water et InfraMaroc vont construire l’usine de dessalement d’Agadir

| Par Jeune Afrique
Vue de la marina d’Agadir.

Vue de la marina d'Agadir. © Achraf Amine/Flickr

Le consortium formé par la société espagnole Abengoa Water et le fonds d’investissements InfraMaroc S.A (groupe CDG) a remporté le marché de l’usine de dessalement d’eau de mer d’Agadir. Ce contrat nécessitera dans sa première phase des investissements de plus d’un milliard de dirhams (environ 90 millions d’euros). La livraison de la première unité est prévue pour 2017.

Un an et demi après la conclusion de l’appel d’offres international lancé par l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE) du Maroc, c’est au consortium formé par le groupe espagnol Abengoa Water et le fonds d’investissement InfraMaroc (filiale du groupe CDG) qu’a finalement été attribué le marché de l’usine de dessalement d’eau de mer d’Agadir. La signature du  contrat a eu lieu le 30 mai, indique un communiqué du cabinet d’avocats White Case, qui a conseillé BMCE Bank, l’arrangeur mandaté et le prêteur choisi pour la mise en place du financement de ces infrastructures.

Composantes

Pour rappel, ce projet porte sur la conception, le financement, la construction et l’exploitation d’une usine de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 100 000 mètres cubes d’eau par jour (m3/j) dans un premier temps, extensible par la suite à 200 000 m3/j, près d’Agadir. La première phase de ce programme sera réalisée dans le cadre d’un contrat BOT (Build Operate Transfer) par la Société d’eau dessalée d’Agadir, détenue par le consortium, qui en assurera la gestion pendant 20 ans.

Lire aussi : 

Algérie : l’usine de dessalement d’El-Maqtaa bientôt en service

Maroc : l’ONEE investit 2 milliards de dollars dans l’eau potable

Afrique du Nord : le dessalement, un créneau porteur

« Cette première unité, dont le coût d’investissement dépasse le milliard de dirhams, comprendra d’importantes infrastructures composées respectivement d’une prise directe en mer, sous forme d’un émissaire de 1200 mètres, d’une usine de dessalement […] située près du Cap Ghir à environ 40 Km au Nord de la ville d’Agadir, d’un réservoir de stockage d’eau traitée de 35 000 mètres cubes, d’une station de pompage d’eau traitée, d’une conduite de 100 mètres raccordée à la conduite existante liant la station de traitement de Tamri aux réservoirs de distribution de la ville d’Agadir ainsi que d’une conduite de rejet par diffusion en mer sur 400 mètres et un poste de transformation », indique le communiqué de presse publié par ONEE.

Grand Agadir

La livraison de la première unité du projet, prévue dans un délai de 30 mois après la signature du contrat, devrait intervenir en 2017. Cette installation permetra de couvrir les besoins en eau potable de la région du Grand Agadir à l’horizon 2030. Cette réalisation, conclut le communiqué du cabinet d’avocats, « s’inscrit dans les engagements de l’ONEE figurant dans le Contrat-programme conclu avec l’État pour la période 2014-2017 » et constitue « le premier projet au Maroc réalisé dans le cadre d’un contrat de gestion déléguée pour la production d’eau potable ». Enfin, selon la même source, les prêteurs ont été conseillés par le cabinet Figes au Maroc et le consortium par le cabinet Cuatrecasas, Gonçalves Pereira (Madrid et Casablanca).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer