Diplomatie

De Kinshasa à Brazza, Faustin-Archange Touadéra en tournée malgré le coronavirus

Faustin-Archange Touadéra a rencontré Félix Tshisekedi en avril 2020, à Kinshasa.

Faustin-Archange Touadéra a rencontré Félix Tshisekedi en avril 2020, à Kinshasa. © Présidence RDC

Alors que la plupart de ses pairs ont suspendu leurs voyages à l’étranger, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra, s’est rendu à Kinshasa puis à Brazzaville. Jeune Afrique vous livre les dessous de sa mini-tournée diplomatique.

Le 22 avril, le président centrafricain, Faustin-Archange Touadéra (FAT), s’est envolé de Bangui à bord d’un jet privé en direction de Kinshasa, en RD Congo. Il était accompagné d’un discret intermédiaire, arrivé dans la capitale centrafricaine la veille, dans la soirée, à bord du même appareil : Théo Osembe Katshunga. Ce Congolais est un collaborateur du conseiller spécial en matière de sécurité du président Félix Tshisekedi, François Beya, qui a lui-même ses entrées chez FAT.

Théo Osembe Katshunga, surnommé Zambrota, est un habitué de Bangui depuis l’époque de la présidence de François Bozizé. Il s’emploie à consolider les liens entre la Centrafrique et la RD Congo. Selon nos informations, ce proche des renseignements congolais garde un œil sur les activités des opposants centrafricains à Kinshasa, mais aussi à Brazzaville, où il se rend régulièrement.

Le cas François Bozizé

À Kinshasa, Faustin-Archange Touadéra a rencontré Félix Tshisekedi pour une « visite de courtoisie », selon le langage diplomatique officiel – il s’y était déjà rendu en mars 2019.

Dûment protégés par des masques, les deux hommes ont abordé le cas François Bozizé. Depuis son retour à Bangui, le 16 décembre 2019, l’ancien président entretient des relations extrêmement tendues avec FAT.

Signe que Tshisekedi suit de près la situation, François Beya a fait office, à plusieurs reprises, et par l’intermédiaire de Théo Osembe Katshunga, de médiateur entre les deux hommes, alors que se profilent les élections présidentielle et législatives en Centrafrique (prévues le 27 décembre 2020).

À Brazzaville, virus et élections au menu

Après son entrevue avec le président Tshisekedi, Faustin-Archange Touadéra a pris la direction de Brazzaville, à l’invitation de Denis Sassou Nguesso, qui suit lui aussi de très près la situation centrafricaine.

Les deux chefs d’État, également masqués pour la circonstance, se sont entretenus le 22 avril, au sujet notamment de la pandémie de coronavirus. Mais avant que FAT rentre à Bangui, dans la soirée, un autre sujet a, selon nos sources, été abordé : une éventuelle modification du calendrier électoral en Centrafrique, repoussant à 2021 les scrutins présidentiel et législatifs, en raison précisément de la situation sanitaire.

Depuis plusieurs semaines, Faustin-Archange Touadéra a en effet laissé entendre qu’il serait favorable à une modification de la Constitution en lien avec la pandémie, lui permettant d’assurer son propre intérim si la présidentielle venait à être reportée. Une proposition a même été validée en ce sens à l’Assemblée nationale.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte