Défense

En RDC, Félix Tshisekedi restructure l’appareil sécuritaire et écarte un général sous sanctions internationales

Réservé aux abonnés | | Par - à Kinshasa
Félix Tshisekedi et les hauts cadres militaires, le premier janvier 2020 au ministère de la Défense.

Félix Tshisekedi et les hauts cadres militaires, le premier janvier 2020 au ministère de la Défense. © Présidence RDC

Le président congolais a écarté le général Gaston Hugues Ilunga Kampete du commandement de la Garde républicaine. Ce proche de Joseph Kabila est toujours visé par des sanctions de l’Union européenne pour sa participation à la répression des manifestations en amont de la présidentielle de décembre 2018.

C’est une étape supplémentaire dans le bras de fer qui se joue dans les couloirs du pouvoir, à Kinshasa, pour la reprise en main de l’appareil sécuritaire. Le président Félix Tshisekedi a élevé Christian Tshiwewe Songesha au grade de général major et l’a nommé commandant de la Garde républicaine (GR). Il remplace le général Gaston Hugues Ilunga Kampete, qui occupait depuis 2014 ce poste stratégique : l’unité, notamment chargée de la sécurité présidentielle, compte 12 000 hommes.

Ce dernier, qui était l’un des faucons de Joseph Kabila, est visé par des sanctions de l’Union européenne et des États-Unis pour son rôle dans la répression au cours des dernières années de présidence du prédécesseur de Tshisekedi.

« Les nouvelles têtes sont des fils de la maison »

Avec cette refonte du commandement de la Garde républicaine, le président congolais tient à laver l’image d’un corps dont les pratiques ont été indexées dans plusieurs rapports d’organisations de défense des droits de l’homme. Et le timing de ce grand ménage, qui intervient au lendemain d’une rencontre entre Tshisekedi et Kabila lors de laquelle le seul point officiellement à l’ordre du jour était la riposte à la pandémie de coronavirus, fait dire à plusieurs de nos sources que la décision a été « harmonisée » entre le président actuel et son prédécesseur.

La réorganisation est de grande ampleur. Outre le général Christian Tshiwewe Songesha qui prend le commandement de la GR, le général de brigade Jules Banza Mwilambwe a été nommé commandant adjoint, le général de brigade Ephraim Kabi Kiriza en devient le chef d’état-major et le général de brigade Jérôme Chico Tshitambwe a été désigné commandant adjoint en charge des opérations et renseignements de ce corps d’armée.

« Les nouvelles têtes sont des fils de la maison », glisse à Jeune Afrique une source au sein des renseignements militaires. De fait, le général major Christian Songesha a notamment dirigé la légion d’honneur de la Garde républicaine. Quant au général de brigade Jérôme Chico Tshitambwe, il a été l’un des officiers qui a participé à l’offensive lancée contre les rebelles ougandais des ADF à Béni, dans le Nord-Kivu.

Rapprochement avec Washington

Ces nouvelles nominations interviennent dans un contexte de rapprochement entre Kinshasa et Washington. En février dernier, alors qu’il était encore envoyé spécial de Donald Trump dans la région des Grands Lacs, Peter Pham avait notamment fait part des réticences des États-Unis à collaborer avec l’armée congolaise en raison de la présence dans le commandement de plusieurs généraux sous sanctions internationales.

« Nous sommes limités du point de vue militaire, parce qu’il existe encore dans les rangs de l’armée des généraux qui sont sanctionnés, soit par nous, soit par l’Union européenne ou par l’ONU. C’est difficile pour nous du point de vue légal », avait-il notamment souligné après avoir rencontré Félix Tshisekedi.

Depuis le début de 2020, plusieurs cadres de l’armée ont fait l’objet d’auditions, voire de mesures de mise à l’écart. Ce fut notamment le cas du général Delphin Kahimbi, chef des renseignements militaires, décédé le 29 février dans des circonstances encore non élucidées, qui font l’objet d’une enquête, ou encore du général Muhindo Akili Mundos. Quant au général Ilunga Kampete, « cela fait plusieurs mois, déjà, qu’il est hors du pays et qu’il suit des soins dans un pays africain », rapporte à Jeune Afrique un proche de ce dernier.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte