Politique

RDC : ce que Joseph Kabila et Félix Tshisekedi se sont dit

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 23 avril 2020 à 18h12
Joseph Kabila et Félix Tshisekedi se sont rencontrés le 22 avril 2020.

Joseph Kabila et Félix Tshisekedi se sont rencontrés le 22 avril 2020. © Présidence RDC

Félix Tshisekedi et Joseph Kabila se sont rencontrés le 22 avril. Si, officiellement, cet entretien a porté exclusivement sur la crise liée à l’épidémie de coronavirus, d’autres sujets d’importance ont en réalité été évoqués.

Joseph Kabila s’est personnellement rendu à la résidence présidentielle de N’Sele, où il s’est entretenu durant quatre heures avec Félix Tshisekedi. Seul François Beya, alias Fantômas, le conseiller sécurité de ce dernier, a assisté à cette audience.

Selon nos sources, les discussions ont d’abord porté sur l’enquête visant les fonds alloués au programme d’urgence des cent jours, qui a valu à Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du chef de l’État, d’être arrêté le 8 avril.

Si Kabila et Tshisekedi se sont entendus sur la nécessité de laisser la justice travailler en toute indépendance, l’ancien chef de l’État a exhorté son successeur à « éviter de perdre le contrôle » face à ce qu’il estime être « une boîte de Pandore » ouverte.

Mise en garde

Puis il l’a interpellé sur la situation dans le Haut-Katanga, où plusieurs villes ont été prises pour cible fin mars par les Bakata Katanga, la milice de « Gédéon » Kyungu Mutanga. Une commission d’enquête est chargée de se pencher sur ces incursions meurtrières.

Toujours selon nos sources, Kabila a mis Tshisekedi en garde sur le fait que « tous les pouvoirs, de celui de Mobutu jusqu’au [sien], ont été déstabilisés à partir de cette province ». Les puissants miniers auraient notamment été pointés du doigt, selon l’entourage de l’ex-président.

Le remaniement évoqué

Les deux dirigeants de la coalition FCC-Cach ont ensuite échangé sur la nécessité de remanier le gouvernement. Un dossier déjà évoqué lors de leur dernière rencontre le 12 mars. Ce remaniement est en suspens depuis plusieurs semaines, en raison notamment de la crise liée au coronavirus. Ils auraient par ailleurs critiqué « l’affairisme » de certains membres du gouvernement.

Tshisekedi a également profité de cette rencontre pour informer Kabila de la restructuration qu’il a effectué le 22 avril au sein de la Garde républicaine, en remplaçant notamment Ilunga Kampete, un très proche de l’ancien président sous sanctions européennes.

Enfin, les deux hommes ont abordé la polémique sur la proclamation de l’état d’urgence, qui oppose actuellement Félix Tshisekedi à Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat, et Jeanine Mabunda, présidente de l’Assemblée nationale.

Joseph Kabila aurait demandé à son successeur de laisser le Parlement faire son travail « conformément à la Constitution ». Un principe que le chef de l’État n’a pas rejeté, insistant sur le fait que, « l’institution président de la république et le Parlement ne sont pas des institutions concurrentes »

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte