Agroalimentaire

Le gouvernement ivoirien instaure une subvention inédite pour la filière cacao

Unité de transformation du Cacao dans l'usine de Choco Ivoire à San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. Mars 2016.

Unité de transformation du Cacao dans l'usine de Choco Ivoire à San Pedro, dans le sud-ouest de la Côte d'Ivoire. Mars 2016. © Jacques Torregano pour JA

Le conseil des ministres du 22 avril a décidé la mise en place pour quatre campagnes d’une subvention de 35 francs CFA par kilogramme aux exportateurs nationaux de cacao pour les rendre compétitifs face aux géants du secteur.

Le chef de l’État ivoirien, Alassane Ouattara, a signé des ordonnances, le 22 avril, en conseil des ministres pour la mise en œuvre d’un arsenal de mesures destinées à soutenir l’industrie locale du cacao et les exportateurs nationaux.

Une initiative inédite pour rendre compétitifs les acteurs ivoiriens contre les multinationales qui dominent le secteur : les cinq grands que sont l’américain Cargill, le singapourien Olam, le suisse Barry-Callebaut (Saco) et les français Touton et Sudcen totalisent à eux seuls plus de 50 % de parts de marché.

Des aides plafonnées et encadrées

Le gouvernement a décidé d’accorder une subvention de 35 francs CFA par kilogramme aux entreprises locales d’exportations de fèves à partir de cette campagne 2019-2020 toujours en cours, et cela pendant quatre saisons. « Ces ordonnances visent à garantir la présence et la compétitivité, dans ces filières importantes de l’économie cacaoyère, des acteurs nationaux menacés de disparition du fait de difficultés majeures » estime Sidi Touré, le ministre de la Communication et des Médias, porte-parole du gouvernement.

Des restrictions ont été émises pour les bénéficiaires de ce soutien : en sont exclus  « les exportateurs locaux qui ont déjà été en défaut d’exécution de leur(s) contrat(s) » a confié une source gouvernementale à Jeune Afrique. L’État a également plafonné son aide à un volume de 50 000 tonnes par exportateur, soit 15 à 20 % des volumes moyens traités annuellement par les acteurs nationaux du secteur (250 000 et 300 000 tonnes par an).

Baisse du prix des licences pour les transformateurs

Les fonds destinés à financer cette subvention – dont le coût est estimé à plus de 87,5 milliards F CFA par campagne – seront prélevés sur les comptes bancaires de la stabilisation du Conseil café cacao.

Dans le secteur de la transformation des fèves – dont les acteurs ivoiriens ont pratiquement disparu -, le gouvernement a mis en place un fonds de soutien de 10 milliards de F CFA. Les transformateurs locaux vont en outre bénéficier d’une réduction conséquente du prix de la licence, qui passe de 200 à 25 millions de F CFA.

Pour relever ce secteur industriel sinistré, l’État par le canal du CCC, a lancé en 2018 Transcao, une entreprise dédiée au broyage des fèves, mais celle-ci peine à atteindre un rythme de croisière. Sur les 2 millions de tonnes de fèves de cacao produites par la Côte d’Ivoire, seules 550 000 tonnes ont été broyées localement lors de la dernière campagne, loin de l’objectif de 50 % fixé par le gouvernement.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte