Diplomatie

Coronavirus : les coulisses du plan de riposte africain

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Le président français Emmanuel Macron et le président rwandais Paul Kagame, le 23 mai 2018, à l'Élysée.

Le président français Emmanuel Macron et le président rwandais Paul Kagame, le 23 mai 2018, à l'Élysée. © Julien Mattia/NurPhoto/AFP

Le 15 avril, dix-huit chefs d’État, de gouvernement et d’institutions internationales ont appelé, sur le site de « Jeune Afrique », à une réponse multilatérale pour que le continent puisse faire face à l’épidémie de coronavirus. Voici comment cette initiative a été rendue possible.

Selon nos informations, le « casting » de cette tribune a été réalisé par Emmanuel Macron, Paul Kagame, Macky Sall et Abiy Ahmed. Moussa Faki Mahamat a aussi joué un rôle important afin d’impliquer pleinement l’Union africaine (UA) dans cette démarche.

Le nombre de signataires a été élargi au fur et à mesure, afin d’y associer davantage de responsables européens tels que le président du Conseil des ministres italien Giuseppe Conte, les Premiers ministres du Portugal, António Costa, des Pays-Bas, Mark Rutte, et d’Espagne Pedro Sánchez, la chancelière allemande Angela Merkel, le président du Conseil européen Charles Michel, et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission.

En prenant part à cet appel, João Lourenço, s’est ainsi joint à ses pairs africains qui avaient participé à la visioconférence du 3 avril,  à laquelle avait assisté leur homologue français. L’engagement du chef de l’État angolais a notamment été rendu possible par l’intervention de Paul Kagame. Très mobilisées pour promouvoir cette initiative, les autorités rwandaises ont aidé l’Élysée à obtenir une adhésion plus large sur le continent. Il a ainsi fallu convaincre Cyril Ramaphosa qui souhaitait, par exemple, que référence soit faite à la Nouvelle Banque de développement.

Annulation des dettes africaines

Toujours selon nos informations, Emmanuel Macron s’est entretenu par téléphone avec chacun des signataires de la tribune. Lors de ces échanges, la question de l’annulation des dettes africaines a été beaucoup évoquée. Selon une source élyséenne, le fait que ce sujet ait été abordé par le président dans son adresse aux Français le 13 avril a achevé de convaincre les plus hésitants.

Les quatre envoyés spéciaux choisis par l’UA, la Nigériane Ngozi Okonjo-Iweala, le Rwandais Donald Kaberuka, le Franco-Ivoirien Tidjane Thiam et le Sud-Africain Trevor Manuel, qui ont pour mission de mettre en œuvre ce plan de riposte, sont par ailleurs en contact avec les principaux signataires de cette tribune.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte