Cinéma

Maîtresse d’un homme marié, Queen Sono, Doumoue Warda… Dix séries incontournables

| Par
1-Maitresse d'un homme marié.© Facebook

1-Maitresse d'un homme marié.© Facebook © 1-Maitresse d'un homme marié. © Facebook

Jeune Afrique vous propose sa sélection de séries africaines et moyen-orientales à voir ou à revoir pendant cette période de confinement. 

Maîtresse d’un homme marié (Sénégal) 

Difficile de passer à côté de cette fiction purement sénégalaise créée par la journaliste et scénariste Kalista Sy, tournée en wolof, sous-titrée en français, et produite par le groupe Marodi TV. Diffusée sur la 2sTV, mais aussi sur YouTube depuis le 30 janvier 2019, elle raconte l’histoire de Marème, une jeune Sénégalaise qui entretient une relation avec l’homme marié qu’est Cheikh.

Au-delà de cette trame, la série aborde de multiples sujets sociétaux, pour le moins tabous au Sénégal, tels que la violence domestique, le mariage forcé, le viol ou la dépression. De quoi assurer le succès du feuilleton, dont la deuxième saison est diffusée depuis quelques semaines.

Omar (Qatar) 

Omar

Omar © © Facebook

Cette série dramatique qatarie, sortie en 2012, est encore disponible sur les plateformes de streaming. Il faut dire que ses 31 épisodes de 42 minutes ont marqué les esprits. Superproduction historique, elle raconte la vie de Omar Ibn al-Khattab, l’un des compagnons les plus illustres de Mahomet et deuxième calife sous lequel l’islam connaît une rapide expansion au VIIe siècle.

Le tournage, au Maroc, a nécessité 300 jours et mobilisé 30 000 acteurs et techniciens, si l’on en croit les producteurs Middle East Broadcasting Centre (MBC Group) et Qatar-TV. Diffusée sur MBC1 au cours du ramadan de l’année 2012, la série a enregistré des records d’audience mais s’est aussi, sans surprise, retrouvée au cœur d’une controverse au sujet de la représentation du compagnon de Mahomet.

Queen Sono (Afrique du Sud) 

Queen Sono

Queen Sono © © Facebook

Il s’agit de la toute première production originale africaine de Netflix mise en ligne depuis le 28 février 2020. Cette série d’action sud-africaine créée par Kagiso Lediga met en scène l’actrice Pearl Thusi dans le rôle de Queen Sono, une espionne qui lutte contre le crime tout en menant l’enquête sur la mystérieuse disparition de sa mère, militante contre l’apartheid, survenue vingt-cinq ans plus tôt. Pour le moment, la fiction, dans laquelle les personnages parlent à la fois l’anglais et l’afrikaans en passant par des dialectes locaux, compte huit épisodes de 45 minutes.

Wlad Hlal (Algérie) 

Wlad Hlal

Wlad Hlal © © Facebook

C’est au cours du ramadan de 2019 que cette fiction réalisée par Nasreddine Shili et produite par le groupe Echorouk a été diffusée sur Echorouk TV et Echorouk Plus. Considérée comme l’une des meilleures productions algériennes, elle raconte l’histoire de deux frères hors la loi, Marzaq (Abdelkader Djeriou) et Zino (Youssef Sahiri), qui décident de s’installer dans un quartier d’Oran pour retrouver leur sœur, Yahia, disparue après la mort de leur mère. Ils découvrent alors que le quartier est le QG d’un trafiquant de drogue.

Brouteur.com (Côte d’Ivoire) 

Brouteur.com

Brouteur.com © © Facebook

Cette série ivoirienne, produite par TV5 Monde et réalisée par Alain Guikou, est née en 2016 et compte déjà trois saisons disponibles sur YouTube et sur le portail de streaming de TV5 Monde Afrique.

L’histoire : Géraud (Franck Vléhi) est un brouteur, un spécialiste des arnaques sur internet. Incarcéré après avoir été traqué par la policière Cynthia (incarnée par l’actrice ivoirienne Aurélia Eliam), il accepte, en échange de sa liberté, d’aider les autorités françaises et ivoiriennes dans leur traque du cybercriminel dénommé « Fantôme ». Chacun des épisodes de Brouteur.com met en scène les forfaits commis par ces escrocs du web, de la fraude à la carte bancaire aux propositions de mariage en passant par l’usurpation d’identité.

Doumoue Warda (Maroc) 

Doumoue Warda

Doumoue Warda © © Facebook

Cette série de la chaîne Al Aloua, réalisée par Yassine Fennane et produite par Connexion Media, réunissait, en décembre 2019, entre 4 et 8 millions de téléspectateurs pour chacun de ses épisodes. Disponible sur YouTube, elle suit les aventures de Yasmine (Salwa Zarhane), jeune femme intelligente et ambitieuse qui a grandi dans un quartier populaire au sein d’un foyer modeste. Un beau jour, elle choisit de réaliser son rêve : devenir styliste.

Sakho & Mangane (France-Sénégal) 

Sakho et Mangane

Sakho et Mangane © © Facebook

À Dakar, le commandant Souleymane Sakho, vieux loup solitaire campé par Issaka Sawadogo, et le lieutenant Basile Mangane (Yann Gael), jeune homme un brin fougueux, forment un duo de policiers aux caractères et aux méthodes radicalement opposés. Sous les ordres de Mama Ba, nouvellement nommée, et épaulé par une équipe d’inspecteurs et de médecins légistes, le tandem enquête sur une série de crimes étranges, combinant paranormal et mysticisme.

Cette fiction originale, créée par Jean-Luc Herbulot, est signée Canal+ International et Keewu Production. Diffusée depuis le 25 mars 2020 sur Canal+, la série est désormais disponible en replay sur le site MyCanal.

Bal Al Hara (Syrie) 

Bab Al Hara

Bab Al Hara © © Facebook

Elle compte dix saisons, 342 épisodes de 45 minutes et a fait les beaux jours des chaînes MBC1 (Émirats arabes unis), LBC (Liban), et Dzaïr TV (Algérie) de septembre 2006 à juin 2019. Cette série historique – dont on peut traduire le titre par « la porte du quartier » – retrace la vie et le quotidien des habitants d’un quartier de Damas, en Syrie, au cours des années 1930, alors que le Moyen-Orient est administré à la fois par la France et le Royaume-Uni. L’histoire démarre à la toute fin du joug ottoman, qui a couru sur plusieurs siècles, puis suit l’occupation coloniale. Très suivie dans le monde arabe ainsi qu’en Algérie, la fiction, réalisée par Bassam Al Molla, est désormais disponible sur YouTube.

Al Madi La Yamoute – Le Passé ne meurt pas (Maroc) 

Al Madi La Yamoute

Al Madi La Yamoute © © Facebook

Créée et réalisée par Hicham El Jebbari, produite par la SRNT et diffusée lors du ramadan 2019 sur Al Aloua (la chaîne avait alors enregistré des records d’audience avec, notamment, 4,5 millions de téléspectateurs pour son épisode final diffusé le jour de l’Aïd), cette série nous propose une plongée au cœur d’un cabinet d’avocats où tous les coups sont permis.

Le succès du programme fut tel que des avocats de Casablanca n’avaient pas hésité à adresser une pétition au réalisateur du programme, arguant qu’il portait préjudice à leur profession. Il faut dire qu’on y suit un avocat véreux, sans aucune éthique, qui n’hésite pas à faire la cour à sa cliente. Plutôt sulfureux…

Nouba (Tunisie) 

Nouba

Nouba © © Facebook

Réalisée par Abdelhamid Bouchnak et diffusée pendant le ramadan 2019 sur Nessma TV, Nouba plonge les téléspectateurs dans le Tunis des années 1990 où l’on joue le « mezoued », musique traditionnelle considérée comme réservée aux pauvres. On y suit Maher, un jeune repris de justice qui découvre l’univers de ces quartiers, mais aussi celui de la nouba, tout en se frottant à Sadok, un sexagénaire pionnier du mezoued, rencontré en prison. Une fresque à la fois sociale et musicale dont les trente premiers épisodes sont disponibles sur la chaîne YouTube de Nessma TV. Le tournage de la deuxième saison, lui, a démarré en janvier 2020.

 

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte