Agroalimentaire

Au Burkina, la production de coton n’arrive pas à remonter la pente

Réservé aux abonnés | | Par - à Ouagadougou
Mis à jour le 16 avril 2020 à 18h21
Une usine de coton, à Bobo Dioulasso.

Une usine de coton, à Bobo Dioulasso. © Théo Renault/pour J.A.

Attendue à 600 000 tonnes, la production cotonnière du pays n’atteindra que 500 000 tonnes environ au terme de la campagne 2019-2020. Une performance qui reste en hausse par rapport à la campagne précédente.

Alors que les cours mondiaux du coton s’effondrent dans le sillage de la crise sanitaire du Covid-19, les cotonculteurs burkinabè annoncent qu’ils ne pourront pas atteindre l’objectif de production de 600 000 tonnes initialement prévu.

« Les estimations de la production sont en cours au niveau des sociétés cotonnières. Les derniers chiffres disponibles font état d’une production autour de 500 000 t. de coton graine. Mais, je crains que nous n’atteignons pas ce cap », a déclaré à Jeune Afrique, Yacouba Koura, vice-président de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB).
Agissant comme un véritable lobby, l’UNPCB regroupe quelque 250 000 exploitants. Dotée d’un budget moyen de 4 milliards de F CFA, elle réunit 9 217 groupements de producteurs de coton et 177 unions départementales de producteurs de coton.

L’Association interprofessionnelle du coton au Burkina (AICB), l’organe paritaire de gestion devrait annoncer courant avril les chiffres consolidés de la production cotonnière.

Mais, les données provisoires révèlent toutefois une hausse par rapport aux 436 000 t. engrangées lors de la campagne écoulée, et bien plus que la moyenne annuelle de 384 400 tonnes.

La prochaine campagne pour remonter ?

Confrontés à la baisse de leurs revenus, plusieurs milliers de producteurs membres de l’UNPCB avaient tourné le dos à la culture du coton. Ces derniers estiment le montant des impayés à plus de 11 milliards de F CFA (16,8 millions d’euros). Une somme que l’État a promis d’apurer. Mais la totalité n’a jusque-là pas été soldée.

Cela explique en partie les difficultés de la Société des fibres et textiles (Sofitex) qui a vu ses revenus baisser subitement en lien avec la chute de la production. L’entreprise a vu son bilan chuter notablement de 247 milliards de F CFA en 2018 à près de 203 milliards de F CFA l’an dernier.

Contactée, la société dirigée par Wilfrid Yaméogo n’a pas souhaité communiquer sur le sujet.

Avec plus de 85 % de parts de marché, Sofitex est la plus importante des trois sociétés burkinabè (devant Socoma et Faso Coton) en charge de l’achat, du transport et de l’égrenage du coton, et de la commercialisation de la fibre. L’entreprise a d’ores et déjà annoncé mettre les bouchées doubles pour préparer la prochaine campagne cotonnière.

Multiples facteurs de crise

Les inquiétudes des producteurs burkinabè sur cette baisse reposent sur la météo qui a d’abord fait défaut, engendrant des semis tardifs dans les régions cotonnières de l’ouest.

Les producteurs ont par ailleurs été affectés par la crise au sein de l’UNPCB, et beaucoup de groupements ont dû jeter l’éponge. D’autres encore, confrontés aux contraintes de la pénibilité qui requiert sept traitement en moyenne, se sont résolus à abandonner purement et simplement la culture du coton, souligne Yacouba Koura.

Égrenant un chapelet de griefs comme la qualité médiocre des intrants ou encore l’insécurité à l’est du pays, notre interlocuteur se dit sceptique quant à la reprise que devrait impulser le plan de relance de la filière.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte