Santé

La RDC n’en a pas fini avec l’épidémie d’Ebola

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 11 avril 2020 à 11h55
Le corps d'une des victimes du virus Ebola est inhumée dans u ne fosse commune, à Beni, en RDC, le 14 juillet 2019.

Le corps d'une des victimes du virus Ebola est inhumée dans u ne fosse commune, à Beni, en RDC, le 14 juillet 2019. © Jerome Delay/AP/SIPA

Les compteurs sont remis à zéro : la RDC va devoir encore attendre au moins 42 jours avant de proclamer la fin de l’épidémie d’Ebola qu’elle espérait pour lundi 13 avril, en raison d’un nouveau cas déclaré vendredi, à trois jours de l’échéance, et alors que la pandémie de coronavirus a fait 20 morts.

Touchée comme le reste du monde par le coronavirus, la RDC pensait pouvoir tourner la page de son autre épimidémie. Le pays comptait les jours depuis plus d’un mois, avec l’absence de nouveaux cas et la sortie de la dernière patiente d’un Centre de traitement d’Ebola (CTE) le 3 mars.

Le compte-à-rebours a été interrompu vendredi avec l’annonce de la mort d’un homme de 26 ans victime d’Ebola dans le territoire de Beni, l’un des épicentres de l’épidémie de fièvre hémorragique qui a tué 2 273 personnes depuis sa déclaration le 1er août 2018 dans l’est du pays.

« J’ai convoqué une réunion du comité d’urgence sur l’épidémie d’Ebola en RDC. Après 52 jours sans aucun cas, les équipes de surveillance et de réponse sur le terrain ont confirmé un nouveau cas », a indiqué sur Twitter le directeur de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus.

« Malheureusement, cela signifie que le gouvernement de la RDC ne pourra pas déclarer la fin de l’épidémie d’Ebola lundi, comme on l’espérait », a-t-il ajouté. Un comité d’urgence « s’est réuni aujourd’hui par téléconférence pour déterminer si l’épidémie constituait toujours une urgence de santé publique de portée internationale », a également précisé l’OMS.

« Repartir pour 42 jours »

« Nous devons juste repartir pour 42 jours », a déclaré depuis Genève le directeur des urgences de l’OMS Michael Ryan. En effet, l’OMS considère qu’il faut attendre deux fois le temps de l’incubation du virus (21 jours au maximum) sans nouveau cas pour proclamer la fin d’une épidémie d’Ebola.

La nouvelle victime serait décédée jeudi dans le territoire de Beni. « Les informations préliminaires montrent qu’il s’agit d’un homme de 26 ans », a indiqué l’équipe congolaise du comité de la riposte à l’épidémie dans un communiqué. « Nos équipes, en collaboration avec l’OMS, sont déjà sur le terrain pour approfondir les investigations et mettre en place les actions de santé publique », ajoute ce communiqué.

Il n’y a pas de stratégie de sortie jusqu’à ce que vous ne contrôliez la situation

Mode de contamination, durée des symptômes, nombre de contacts, décès « communautaire » parmi ses proches ou à l’hôpital, enterrement sécurisé ou non : de nombreuses questions épidémiologiques restent officiellement en suspens autour de ce nouveau cas.

2 273 décès

Le rebond d’Ebola à Beni est « peut-être » une leçon pour le Covid-19, a avancé le directeur des urgences de l’OMS : « Il n’y a pas de stratégie de sortie jusqu’à ce que vous ne contrôliez la situation. Vous devez toujours être prêt à faire marche arrière et à repartir ».

Le territoire de Beni compte également au moins un cas de nouveau coronavirus, sur les 215 officiellement déclarés en RDC depuis le 10 mars, pour 20 décès. Avec 2 273 décès, la dixième épidémie d’Ebola sur le sol congolais est la deuxième la plus grave depuis l’identification du virus de la fièvre hémorragique en 1976.

L’épidémie a été déclarée urgence sanitaire de portée internationale en juillet dernier par l’OMS, qui redoutait sa propagation aux pays voisins (Rwanda et Ouganda). Plus de 320 000 personnes ont reçu des doses de deux vaccins anti-Ebola utilisés à titre expérimental.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte