Politique

Coronavirus au Maroc : le port du masque rendu obligatoire

| Par - à Casablanca
Un pharmacien à Casablanca, le 27 mars 2020.

Un pharmacien à Casablanca, le 27 mars 2020. © Abdeljalil Bounhar/AP/SIPA

Après avoir sécurisé une production locale de masques de protection, le royaume rend son port obligatoire pour tout déplacement.

La photo du roi Mohammed VI portant un masque de protection, lors de l’audience consacrée à la nomination de deux nouveaux responsables gouvernementaux, est plus que symbolique. Et bien évidemment, le chef du gouvernement Saâdeddine El Othmani et ses deux ministres reçus au palais royal se conforment eux aussi à ce geste barrière, devenu obligatoire au Maroc le 7 avril.

Toute personne quittant son domicile, dans le cadre des conditions fixées par l’État d’urgence sanitaire pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, est ainsi tenue de porter un masque de protection de type bavette. Les forces de l’ordre ont pour instruction d’appliquer minutieusement les sanctions prévues contre les contrevenants : de un à trois mois de prison et/ou une amende de 300 à 1 300 dirhams, a annoncé le procureur général.

Avant d’en arriver à cette obligation, le royaume a pris soin de sécuriser sa production de masques. « Depuis le début de la crise, les instructions de Sa Majesté ont été d’apprécier la capacité de nos industriels de produire ces masques pour épauler le secteur sanitaire », a expliqué dans une intervention télévisée le ministre de l’Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy (MHE).

Prix subventionné

Dès le 24 mars, la société marocaine SoftGroup a ainsi relevé le défi de produire en un temps record 10 millions de masques pour être mis à la disposition des autorités. Et d’autres entreprises de textile ont réadapté leur outil de production de manière à transformer des machines à sac en machines à masque. Très rapidement, les sociétés Micagricol à Casablanca et IKS à Marrakech ont obtenu une certification pour la fabrication de ces masques, selon une norme fixée par l’Institut marocain de normalisation (Imanor) et « inspirée des standards internationaux dont la norme française ».

Après une semaine de production, un premier lot de 5,3 millions de masques a été acheminé vers les grandes surfaces et les commerces de proximité pour être vendu au prix unitaire de 0,80 dirham, fixé par décret car subventionné par le fonds de lutte contre le coronavirus.

« Nous avons établi un partenariat avec deux distributeurs laitiers. Aujourd’hui, nous couvrons déjà 66 000 points de vente et en fin de semaine, nous couvrirons l’ensemble des commerces », a indiqué Moulay Hafid Elalamy. Le ministre a également annoncé que le royaume pourrait commencer les exportations de ces masques vers l’Europe – aucune date n’a été précisée -, étant donné que le rythme de production allait encore augmenter. La capacité de production qui a déjà atteint 3 millions d’unités par jour devra bientôt passer à 5 millions. De quoi assurer un masque par Marocain en moins d’une semaine.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne