Politique

Maroc : petit à petit, Othman El Ferdaous fait son nid

| Par
Othman El Ferdaous, en novembre 2017.

Othman El Ferdaous, en novembre 2017. © Jean-Michel Ruiz/CAIF pour JA

À 41 ans, Othman El Ferdaous fait son grand retour au gouvernement. Le nouveau ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports remplace Hassan Abyaba, limogé par le roi Mohammed VI.

C’était le « jeune premier » du premier gouvernement El Othmani, formé en avril 2017. Othman El Ferdaous était alors secrétaire d’État auprès du ministre de l’Industrie, Moulay Hafid Elalamy. En octobre 2019, à l’occasion d’un remaniement sous forme de réduction de l’équipe gouvernementale, il en avait été sorti.

Le revoilà six mois plus tard pour prendre la tête du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports. Proposé en 2017 par les pontes de son parti, l’Union constitutionnelle (UC) – Mohammed Sajid en tête – le nom de Ferdaous aurait été cette fois-ci été avancé au sommet de l’État, une sphère où il est bien introduit.

Intérêt pour le patrimoine marocain

Pour beaucoup, l’âge de Ferdaous, né en 1979, est déjà un bon point pour occuper le poste de ministre de la Jeunesse. Le nom du jeune homme est également bien accueilli dans le secteur culturel : au-delà d’un CV prestigieux (un Master exécutif à l’École nationale d’administration française notamment), il est réputé pour avoir une vaste culture générale et un intérêt pour le patrimoine marocain, qu’il soit islamique ou amazigh, et pour la culture d’expression francophone et arabophone. Les plus optimistes espèrent déjà qu’il saura se montrer combatif pour défendre les budgets d’un parent pauvre des politiques publiques, afin de venir en aide aux secteurs culturels et sportifs.

Ferdaous est également connu pour avoir planché sur la création de l’Agence de développement du digital entre 2017 et 2019. Cette dernière est d’ailleurs appelée à soulager les administrations en ces temps de pandémie de Covid-19, notamment en facilitant le travail à distance. L’appétence du quadragénaire pour l’économie numérique lui avait ouvert une première fenêtre sur les questions liées à la jeunesse lorsqu’il était secrétaire d’État : il rencontrait alors de nombreux entrepreneurs et jeunes porteurs de projets.

Lors de la réforme de la charte de l’investissement, il avait aussi fait des efforts de pédagogie et montré une volonté de créer un environnement participatif en utilisant les réseaux sociaux pour communiquer et recueillir les idées des internautes. Un sens de la communication qui lui sera utile pour faire exister des départements –  la Culture et le Sport – parfois quasi-inaudibles.

Othman El Ferdaous remplace Hassan Abyaba, issu lui aussi des rangs de l’UC. Ce dernier était également porte-parole du gouvernement : cette tâche a été confiée à Saïd Amzazi, ministre de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte