Culture

Les Mémoires africains de Pierre Péan attendront

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Mis à jour le 08 avril 2020 à 11h55
Le journaliste français Pierre Péan, en 2009

Le journaliste français Pierre Péan, en 2009 © BALTEL/SIPA

C’est le 29 avril et à condition que les mesures de confinement soient levées à cette date, que les éditions Albin Michel ont prévu la parution des « Mémoires impubliables » de Pierre Péan, dont la sortie était initialement annoncée pour le 18 mars.

Dans ces 670 pages rédigées par Pierre Péan peu avant sa mort en juillet 2019, sorte de « making-of » de la quarantaine d’enquêtes qu’il a menées et publiées, l’Afrique occupe une place majeure – il y a consacré dix livres – et tout particulièrement le Gabon, pays où il mit les pieds pour la première fois en 1962 et avec lequel il a entretenu une relation tumultueuse sur laquelle il revient en détail.

Conversations « africaines »

L’écrivain raconte notamment ses entretiens avec les présidents Omar et Ali Bongo Ondimba, mais aussi avec leur homologue congolais Denis Sassou Nguesso, lesquels lui livrent des « confidences » dont une brochette de personnalités françaises comme Dominique de Villepin, Bernard Kouchner, Claude Guéant ou Nicolas Sarkozy ne sortent pas indemnes. Au menu également, des conversations « africaines » avec François Mitterrand, Jacques Chirac, François Hollande, Jacques Foccart et François de Grossouvre.

On ne s’étonnera guère enfin de voir Pierre Péan défendre bec et ongles – mais sans apporter d’éléments nouveaux – trois de ses enquêtes les plus controversées : celle concluant à la responsabilité de l’Iran (et non de Mouammar Kadhafi) dans l’attentat contre le DC10 de l’UTA au-dessus du Niger en 1989 ; les sulfureuses « Nouvelles affaires africaines », où il s’en prenait à la filiation d’Ali Bongo Ondimba, ce qui lui valut d’être condamné à Paris pour diffamation ; et son « investigation » sur le Rwanda, laquelle dépeignait le président Paul Kagame comme l’instigateur du génocide des Tutsis. Concernant cette dernière affaire, pour laquelle il a été accusé de négationnisme, Pierre Péan a tout de même ces mots qui sonnent comme une esquisse d’autocritique : « J’y ai laissé, hélas, une part de ma crédibilité. »

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte