Assurances

Sanlam, le leader africain des assurances, chamboule sa direction

Réservé aux abonnés | | Par
Sanlam est le premier groupe d'assurance africain.

Sanlam est le premier groupe d'assurance africain. © Paul Saad/Flickr/Licence CC

Outre un nouveau directeur général, le groupe sud-africain, par ailleurs propriétaire du marocain Saham, a nommé un nouveau président du conseil d’administration et a débauché une directrice financière dans les équipes du milliardaire Patrice Motsepe.

À partir du 1er juillet 2020, Sanlam, le premier groupe d’assurances du continent, sera dirigé par l’Irlandais Paul Hanratty, selon des informations rendues publiques cette semaine.

Ce dernier est un vétéran de Old Mutual, un des grands rivaux de Sanlam, où il a fait l’essentiel de sa carrière entre 1984 et 2016, devenant président du conseil d’administration de la filiale sud-africaine à partir de 2009 et directeur des opérations du groupe à partir de juillet 2014.

Après son départ de Old Mutual, Paul Hanratty avait été coopté dès avril 2017 au conseil d’administration de Sanlam. À ce poste il a appuyé la plus importante opération pilotée par Ian Kirk, directeur général de Sanlam depuis janvier 2015, le rachat (en 2018) du groupe marocain Saham détenu auparavant par Moulay Hafid Elalamy.

Cette transaction, de loin la plus importante de l’industrie africaine des assurances ces dernières années, a permis à Sanlam d’étendre significativement son empreinte géographique, longtemps confinée à l’Afrique australe. Le groupe compte désormais des filiales en Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, mais aussi au Nigeria, où sa présence était auparavant indirecte.

Paul Hanratty a été nommé le 31 mai 2020 directeur général de l'assureur Sanlam, leader sur le continent.

Paul Hanratty a été nommé le 31 mai 2020 directeur général de l'assureur Sanlam, leader sur le continent. © Sanlam

Des revenus en forte hausse en 2019, grâce notamment à Saham

La consolidation des résultats de Saham dans les comptes de Sanlam a contribué à la très forte croissance enregistrée par ce dernier en 2019, avec des revenus en progression de +26,6 % à 84,25 milliards de rands (5,2 milliards d’euros), selon les chiffres rendus publics le 12 mars dernier.

Aux commandes de Sanlam, Paul Hanratty devra poursuivre l’intégration de Saham, alors que le groupe sud-africain cible une place dans le top 3 dans la plupart de ses marchés, ce qui est le cas pour les filiales au Maroc et en Côte d’Ivoire, par exemple, mais pas dans un pays phare comme le Nigeria.

« Les entreprises de l’ex-Saham sont globalement en ligne avec les objectifs malgré des performances insuffisantes en Angola, en Côte d’Ivoire et au Liban », a expliqué le groupe sud-africain aux investisseurs, à la mi-mars. Il s’est engagé à « améliorer la distribution des produits d’assurance vie, avec un accent particulier sur les territoires de l’ex-Saham ».

Le groupe entend, en particulier, « élargir notre offre aux multinationales opérant sur le continent africain, autour des entreprises leaders dans leur pays ». Paul Hanratty devra aussi piloter l’expansion de Sanlam en Ethiopie et en Égypte.

Il sera épaulé dans cette tâche par Ian Kirk qui restera dans le « leadership » de Sanlam jusqu’à la fin 2020, alors que le groupe fait face à la pandémie du coronavirus qui non seulement affecte les économies de ses pays d’implantation mais également les marchés financiers africains et internationaux, sur lesquels l’assureur place ses primes, et dont les rendements se sont écroulés depuis plusieurs semaines en raison de la pandémie.

Hanratty pourra compter aussi sur l’appui d’un nouveau président du conseil d’administration, en la personne de Elias Masilela, nommé le 31 mars pour une prise de fonctions le 1er juillet, à la suite de l’économiste Johan van Zyl, ancien vice-chancelier de l’université de Pretoria.

Un ancien de PIC et une ex-KPMG

Homme de réseaux, Elias Masilela a été DG de Public Investment Corporation (PIC), le fonds de pension du secteur public sud-africain. Ancien des équipes de Sanlam, dont il a dirigé le département analyse des politiques publiques, Masilela a accumulé une expérience à la foi des institutions étatiques (banques centrales du Swaziland et de l’Afrique du Sud, Commission nationale du Plan), de même que dans le secteur privé, accumulant les postes d’administrateurs dans des structures de premier plan. Parmi elles, Absa Asset Management, pôle de gestion d’actifs de la quatrième banque du continent.

Également promue à la direction de Sanlam : Abigail Mukhuba, qui prendra ses fonctions de directrice financière du groupe le 1er octobre prochain. Ancienne de KPMG et BMW Afrique du Sud, elle a travaillé ces dernières années dans l’industrie minière, entre autres au sein de Exxaro Resources et plus récemment, depuis 2017, à African Rainbow Minerals, groupe minier fondé et présidé par le milliardaire Patrice Motsepe, par ailleurs vice-président du conseil d’administration de Sanlam et accessoirement beau-frère du président Cyril Ramaphosa.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte