Transport maritime

Face à la crise liée au coronavirus, le port de Tanger Med fait figure d’exception

Port de Tanger Med, au nord du Maroc.

Port de Tanger Med, au nord du Maroc. © Tanger Med

Malgré les restrictions imposées par les autorités marocaines pour lutter contre la propagation du Covid-19, l’activité à Tanger Med reste presque identique à ce que passait avant.

Si la crise qui paralyse une grande majorité des entreprises marocaines à la suite de l’épidémie de coronavirus, semble épargner pour le moment l’activité au niveau du complexe portuaire de Tanger Med.

« L’ensemble des services de l’autorité portuaire de Tanger Med sont opérationnels, que ce soit la capitainerie, le pilotage, le remorquage ou le lamanage, pour assurer les escales maritimes dans les meilleures conditions », explique l’Autorité portuaire de Tanger Med (TMPA) dans une communication récente. La partie consacrée aux passagers est toutefois fermée depuis que le Maroc a décidé de couper les liaisons avec les pays européens en début de crise.

« Lorsqu’il y a une baisse mondiale des flux, cela ne signifie pas que cela se répercuté sur tous les ports de façon identique », nous explique Rachid Houari, le directeur central du complexe portuaire Tanger Med. Les armateurs font des choix stratégiques en choisissant les ports prioritaires, avec le moins de déviations, en cette période difficile.

Plan de continuité

En cette période de pandémie mondiale, le choix se fait aussi sur la base d’autres critères, principalement sanitaires. « La position géographique de Tanger Med lui permet de continuer à fonctionner plutôt de manière stable en effet. L’Autorité portuaire a su aussi créer un climat de confiance en respectant minutieusement l’ensemble des mesures sanitaires comme les distances de sécurité et la propreté… », poursuit notre interlocuteur.

Le complexe Tanger Med avec ses deux ports et l’ensemble de ses partenaires ont mis en place un plan de continuité pour assurer les besoins du royaume et les opérations portuaires, 7j/7 et 24H/24.


Lire aussi notre dossier Transport maritime : les ambitions du marocain Tanger Med


Ainsi, pour l’activité transbordement, qui représente plus de 70 % de l’activité globale, les chiffres sont stables à comparer à la période avant la crise. « Nous n’avons pas senti de baisse, pour le moment c’est stable. Nous continuons donc à alimenter et servir de hub pour le continent africain comme avant », précise Rachid Houari.

Concernant l’import-export, hormis les cinq ou six trains que le port recevait quotidiennement en provenance des deux usines automobiles, Renault à Tanger et PSA à Kenitra, tout continue de fonctionner comme avant, ou presque.

Les bateaux poursuivent leurs escales, le fret continue à être déchargé des bateaux, la douane et l’ensemble des départements concernés travaillent normalement pour accompagner l’économie du Maroc.

Répercussion des fermetures d’usines

Pour rappel, en termes de valeur, le complexe Tanger Med pèse 50 % de l’ensemble des échanges du royaume, les 15 autres ports s’occupent de la deuxième moitié.

« Nous avons une obligation de continuité de service et de continuité des opérations », poursuit notre interlocuteur.

Il n’est cependant pas exclu que l’activité recule dans les prochaines semaines. « Les besoins en import pourraient baisser et les exportations aussi, vu que pas mal d’usines (textile et automobile) ont ralenti leur production. Ceci dit, nous resterons disponibles 7j/7 et 24H/24 », conclut le directeur de TMPA.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Les articles sur l'évolution du coronavirus sont gratuits.
Soutenez-nous en vous abonnant pour 1€ !

Les articles sur le coronavirus sont gratuits.
Soutenez-nous en vous abonnant pour 1€ !

je m'abonne