Santé

Coronavirus : « Les pays francophones testent moins que le Nigeria, c’est une erreur »

| Par
Des soignants, à Harare, au Zimbabwe , le 21 mars 2020, en pleine épidémie de coronavirus (Photo d'illustration).

Des soignants, à Harare, au Zimbabwe , le 21 mars 2020, en pleine épidémie de coronavirus (Photo d'illustration). © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

Spécialiste des maladies infectieuses, le Dr Christian Happi a travaillé sur de nombreuses épidémies en Afrique : Ebola, fièvre jaune, fièvre de Lassa, variole. Son laboratoire, au Nigeria, est l’un des premiers à avoir séquencé le génome du Covid-19. Il explique en quoi sa discipline contribue à la lutte contre la pandémie.

Considéré comme une référence internationale sur l’étude des maladies infectieuses, le Dr Christian Happi travaille à la Redeemer’s University d’Ede, au Nigeria, où il dirige le Centre africain d’excellence en génomique et en maladies infectieuses. Il est également professeur à l’université américaine d’Harvard, au sein du département d’immunologie et des maladies infectieuses.

Jeune Afrique a voulu savoir quel rôle peut jouer l’analyse du génome dans la crise provoquée par la pandémie de coronavirus, et quel regard le chercheur porte sur la situation au Cameroun, au Nigeria et aux États-Unis.

Jeune Afrique : Peut-être faut-il commencer par expliquer ce qu’est la génomique, votre spécialité, et en quoi elle diffère de la génétique ?

Dr Christian Happi : La génétique observe les gènes un par un, alors que la génomique est l’étude du génome entier d’un organisme. De son ADN dans son ensemble.

Que peut la génomique face au Covid-19 ?

En séquençant le génome du virus, nous pouvons en avoir une vision globale, ce qui permettra d’identifier des séquences précises auxquelles nous attaquer. Donc de développer des médicaments et un vaccin. Le séquençage nous permet de suivre ses mutations, donc d’adapter la riposte.

Par rapport à Ebola, quelles différences observez-vous ?

C’est très différent. Le Covid se propage beaucoup plus vite, y compris par voie aérienne. Le simple fait de parler à une personne infectée peut vous exposer (si celle-ci est proche, ndlr). Dans le cas d’Ebola, la transmission ne se fait que par contact direct et il est facile d’identifier les patients atteints.

La population africaine a-t-elle des spécificités qui expliqueraient le développement assez lent de la maladie, jusqu’à maintenant ?

C’est une possibilité. La population est jeune et le virus se répand moins vite chez les jeunes. De plus, les personnes âgées ne vivent pas entre elles comme en Europe ou aux États-Unis, mais plutôt avec leurs familles. Et puis nous avons moins de ressources, c’est évident, mais nos professionnels de santé ont aussi une plus grande expérience des épidémies que ceux des pays occidentaux.

Les États-Unis ne se sont pas préparés comme il le fallait. Quand on voit les ressources dont ils disposent, c’est tout simplement une honte, c’est impardonnable.

Peut-il aussi y avoir des causes génétiques ?

C’est possible, mais nous ne le savons pas encore. Les Africains sont exposés à beaucoup de maladies, donc il se peut que certains aient un organisme qui réagit mieux. Nous n’en sommes pas encore à rechercher des anticorps, mais c’est une possibilité. Après les crises d’Ebola, au Nigeria, nous avons vu beaucoup de personnes qui avaient été exposées mais n’avaient pas développé la maladie.

Quelle est la situation au Nigeria, actuellement ?

Le nombre de cas augmente et va continuer à augmenter. De plus en plus de gens sont testés grâce à plusieurs centres équipés pour cela. Je remarque que les pays francophones de la région ont tendance à pratiquer moins de tests que les pays anglophones, et c’est une erreur.

Au Cameroun, par exemple, le premier cas de Covid a été identifié et le CDC (Centre africain de prévention et de lutte contre les maladies, rattaché à l’UA, ndlr) a demandé à ce que ses prélèvements soient envoyés à mon laboratoire pour y être testés. Mes collègues ont refusé ! Ça me désole, d’autant plus qu’il s’agit de mon pays. Voir ça en 2020, c’est incroyable. Les conséquences peuvent être désastreuses.

Vous connaissez bien les États-Unis aussi. Comment expliquer la vitesse foudroyante à laquelle la maladie s’y répand ?

La situation est très critique et s’explique par le fait que les États-Unis ne se sont pas préparés comme il le fallait. Quand on voit les ressources dont ils disposent, c’est tout simplement une honte, c’est impardonnable.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne