Santé

Coronavirus : au Maroc, les médecins devenus politiques appelés à remettre la blouse

| Par - à Casablanca
Mis à jour le 27 mars 2020 à 17h11
Un membre des forces de sécurité vérifient le permis de sortie d'une Marocaine, à Rabat, le 22 mars 2020.

Un membre des forces de sécurité vérifient le permis de sortie d'une Marocaine, à Rabat, le 22 mars 2020. © Mosa'ab Elshamy/AP/SIPA

Une cinquantaine de personnalités politiques marocaines pourraient être amenées à venir en renfort du personnel médical face à la progression de la pandémie.

« S’ils n’ont pas déjà oublié ce que c’est d’être médecin, ils devraient se diriger rapidement à l’hôpital le plus proche de chez eux, prêter main forte et prouver leur solidarité en cette période de crise ! » Plus qu’un appel à la solidarité, c’est à l’armée de réservistes de la santé que le député Badr Tahiri lance un avis de mobilisation.

L’élu du Rassemblement national des indépendants (RNI) a fait les comptes : une cinquantaine de ses collègues, parlementaires ou élus locaux, sont médecins de profession. Et bien qu’ils aient embrassé une carrière politique, ils ont prêté, pour toujours, le serment d’Hippocrate. 

Sites internet et lignes téléphoniques

Le plus célèbre d’entre eux, El Hossein El Ouardi, fut ministre de la Santé de 2012 à 2017. Une fois sorti du gouvernement, ce professeur de médecine a repris du service en tant que directeur des urgences du CHU de Casablanca. Il se retrouve aujourd’hui en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, dans une des régions les plus touchées selon les dernières statiques (une cinquantaine de cas sur les 275 confirmés).

« Vous pouvez imaginer que la panique en ce moment aux urgences, nous explique l’ancien ministre du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Un nouveau cas vient d’être admis, à l’instant même, il présente tous les symptômes ».

Pour faire face à la pandémie, certaines formations politiques ont décidé de mobiliser leurs branches et organisations liées à la santé. Les professionnels de la santé affiliés au RNI ont ainsi mis en place une plateforme pour accompagner la population. « Le site irchadcovid19.ma donne toutes les informations sur cette maladie et les moyens de s’en prémunir, nous explique une source au sein du parti. Des lignes téléphoniques sont également mises en place pour répondre aux questions et orienter les citoyens. Au bout du fil se relaie une centaine de nos membres, dans les différentes régions du royaume. »

7,3 médecins pour 10 000 habitants

Le personnel soignant du Maroc étant en sous-effectif, tout renfort est précieux durant cette crise. Les dernières statistiques officielles datent de 2017. Elles recensent 25 000 médecins – secteur public et privé confondu -, soit 7,3 médecins pour 10 000 habitants. Un ratio bien loin des standards de l’OMS, fixé à 1 médecin pour 650 habitants.

Aussi, l’Ordre national des médecins a appelé ses conseils régionaux à mettre en place « en urgence, des comités régionaux et un recensement de tous les médecins du secteur privé » et à établir une liste des soignants volontaires. La médecine militaire est elle aussi appelée en renfort : elle a pris ses quartiers dans les hôpitaux civils, sur instruction du roi Mohammed VI.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne