Sécurité

Au Bénin, le coronavirus a fait deux morts « collatérales »

| Par - à Cotonou
Mis à jour le 09 avril 2020 à 09h56
Un groupe de policier béninois à l'aéroport de Cotonou, en 2011 (Archives / Illustration).

Un groupe de policier béninois à l'aéroport de Cotonou, en 2011 (Archives / Illustration). © Rebecca Blackwell/AP/SIPA

Deux personnes ont été tuées depuis lundi au Bénin dans des affrontements liés au coronavirus. L’un a été mortellement touché par balles lors d’échauffourées à l’université, mardi. Un autre a été tué par un militaire togolais alors qu’il tentait de passer la frontière, désormais fermée.

Le Bénin, où cinq cas de coronavirus ont été identifiés, n’a pour le moment aucun décès due à la pandémie à déplorer. Mais lundi, un ressortissant béninois a été tué par les forces de sécurité togolaises, alors qu’il tentait de braver la fermeture de la frontière, côté togolais. Le drame s’est produit sur les berges du fleuve Mono, au niveau d’Agoègan. Un groupe de onze personnes, quittaient le passage à bord d’une pirogue, ont été interpellées par les policiers togolais.

« Ils ont été tous conduits au poste, pour interrogatoire », relate une note signée de Damehame Yark, ministre togolais de la Sécurité et de la Protection civile. L’individu – dont l’identité n’est pas connue – aurait alors « contourné l’un des militaires au moment de l’interrogatoire », avant de se saisir du sac du soldat, « contenant trois chargeurs garnis » et de se jeter dans la lagune. « Un des militaires a ouvert le feu et l’a atteint mortellement », relate le ministre, qui précise que l’auteur des tirs a été mis aux arrêts.

Heurts lors du blocage de l’université

Mardi, c’est un étudiant en troisième année à la faculté de Sciences humaines et sociales, Théophile Dieudonné Djaho, qui a été tué par balles au cours de violentes échauffourées entre étudiants et forces de l’ordre à l’Université d’Abomey-Calavi.

Pour tenter d’endiguer la progression de la pandémie, les autorités ont mis en place une série de mesures. Outre la mise en place d’un cordon sanitaire autour de quelques unes de huit villes du pays (Cotonou, Abomey-Calavi, Porto-Novo…), la réduction des déplacements au strict minimum ou encore la suspension des transports en commun, le gouvernement a également avancé les vacances scolaires, qui démarreront dès le 30 mars. 

Une dernière mesure jugée insuffisante par la Fédération nationale des étudiants du Bénin (FNEB). L’organisation étudiante a en effet appelé à la fermeture pure et simple des universités, et lancé, lundi, une opération visant à bloquer les amphithéâtres et l’accès aux cours. Des heurts ont éclaté avec les forces de l’ordre, dépêchées sur place pour lever ce blocage.

« Théophile Dieudonné Djaho a reçu une balle dans le dos, alors qu’il n’était pas parmi ceux qui lançaient des pierres sur la police », assure un étudiant, témoin d la scène, qui a souhaité conservé l’anonymat. Le gouvernement béninois n’a, pour l’heure, pas officiellement réagi à ce décès, pas plus qu’à la mort du Béninois tué à la frontière togolaise.

« Je ne comprends pas la logique »

Au lendemain de l’annonce de la fermeture des lieux de culte, beaucoup s’attendaient à la fermeture, également, des écoles et universités. « Des consignes fermes ont été données aux responsables d’établissements scolaires pour mettre en place des mesures d’hygiène à l’entrée des écoles et des classes ainsi que pour le respect de la distance d’un mètre entre les enfants », assure pour sa part un responsable départemental de l’enseignement primaire, qui a cependant réclamé l’anonymat.

« Les cours continuent alors que le recteur a lui-même annoncé l’interdiction d’activités devant regrouper plus de 50 personnes », s’étonne un étudiant rencontré sur le campus. « Je ne comprends pas la logique qui veut que l’on ferme les églises et lieux de cultes, mais pas les écoles, alors que la vie de nos enfants est en danger », regrette George, un père de famille qui a décidé, depuis une semaine, de ne pas envoyer ses enfants à l’école.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne