Politique

Tunisie : Nidaa Tounes prépare son grand retour

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Ridha Belhaj, ancien ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi, ici en 2015.

Ridha Belhaj, ancien ministre directeur du cabinet de Béji Caïd Essebsi, ici en 2015. © Ons Abid pour JA

La majorité des membres fondateurs de Nidaa Tounes s’active pour relancer le parti, afin qu’il puisse peser de nouveau sur la scène politique tunisienne. 

Selon nos informations, 40 des 69 membres fondateurs de Nidaa Tounes, dont Ridha Belhaj, Ahmed Ounaies, Issa Hidoussi ou encore Fadhel Omrane, sont à la manœuvre pour relancer ce parti, qui avait périclité après sa reprise en main par Hafedh Caïd Essebsi, le fils du président défunt Béji Caïd Essebsi.

Contrepoids

Inquiets du morcellement de la scène politique après les élections législatives d’octobre 2019, ces personnalités ont conclu à la nécessité de reconstituer une formation importante, qui puisse devenir un véritable contrepoids à la majorité du président Kaïs Saïed et à Ennahdha. À l’issue de leurs discussions, qui ont duré trois mois, ils ont fixé au 14 juin la tenue de leur congrès. Mais les préparatifs ont été temporairement suspendus en raison de la propagation de l’épidémie de Covid-19…

En attendant, les dirigeants du « Nidaa historique » planchent sur l’organisation des structures du parti : l’ancien ministre des Affaires Étrangères, Khemaies Jhinaoui, a été désigné pour prendre la tête du comité politique, et Mondher Belhaj Ali, qui fut député, a été porté à la vice-présidence.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte