Pétrole & Gaz

Tchad : Idriss Déby Itno redistribue les cartes dans le secteur pétrolier 

Réservé aux abonnés | | Par Jeune Afrique
Idriss Déby Itno, le 18 janvier 2017 au palais présidentiel.

Idriss Déby Itno, le 18 janvier 2017 au palais présidentiel. © Vincent Fournier/JA

Le président tchadien, Idriss Déby Itno, a procédé à d’importants changements au sein des grandes entreprises pétrolières. Des nominations et des limogeages qui concernent directement plusieurs de ses proches.

Le 17 mars, Idriss Déby Itno (IDI) a mis fin aux fonctions de son fils, Seid Idriss Déby Itno, au poste de directeur général de la Société des hydrocarbures du Tchad (SHT). Celui-ci, dont l’ascension avait été très remarquée depuis son retour de Malaisie – où il avait fait ses études –, en 2016, était depuis plusieurs mois en délicatesse avec le ministre du Pétrole, Mahamat Hamid Koua. Membre du premier cercle d’IDI, ce dernier est un proche du frère du président, Daoussa Déby Itno, pour lequel il a travaillé au sein de la Société Nouvelle d’études et de réalisations.

Seid Idriss Déby Itno est remplacé par Ibrahim Mahamat Djamous, qui fut conseiller à la primature puis à la présidence chargé du pétrole. Diplômé d’un master en génie pétrolier de l’université de Pau, en France, ce natif d’Abéché est le frère de Fahra Mahamat Djamous, directrice générale adjointe de la Banque de l’habitat du Tchad et membre de Grand Cœur, la fondation de la première dame, Hinda Déby Itno.

Lettre ouverte au président

C’est aussi le fils d’un ancien commandant de l’ex-président Goukouni Weddeye. Ibrahim Mahamat Djamous aura pour adjoint Abderahim Mahamat Acyl, alias Abbo, qui remplace Ramatou Mahamat Houtoin. Abbo, le petit frère de la première dame, Hinda Déby Itno, tenait jusqu’ici les rênes du Centre national d’appui à la recherche (CNAR).

Autre chassé-croisé, cette fois à la Société de raffinage de N’Djamena (SRN). Le 17 mars, Valérie Commelin a été remplacée au poste de directrice générale adjointe par Fatimé Idriss Déby, la fille du président, qui fut directrice commerciale de la SHT. Cette proche de Hinda Déby Itno – elles ont toutes deux étudié au lycée-collège Sacré-Cœur de N’Djamena – paie notamment la grogne de ces derniers mois à la SRN.

Le 13 décembre 2019, une soixantaine d’employés limogés, selon eux abusivement, avaient écrit une lettre ouverte à Idriss Déby Itno pour se plaindre de « l’injustice » et du « traitement inhumain et antisocial dont ils [étaient] victimes ».

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte