Santé

Au Sénégal, les artistes se mobilisent pour lutter contre le coronavirus

Capture d'écran du clip "Fagaru Ci Coronavirus".

Capture d'écran du clip "Fagaru Ci Coronavirus". ©

Les rappeurs du collectif Y’en A Marre, dont le titre « Fagaru Ci Coronavirus » est sorti le 19 mars, appellent à la prévention et à la mobilisation face à la pandémie qui touche pour l’instant une cinquantaine de personnes au Sénégal.

Connu pour ses prises de positions sur la bonne gouvernance, le collectif Y’en A Marre « entend jouer son rôle dans cette crise sanitaire », revendique le rappeur Simon Kouka, l’un des membres fondateurs du mouvement. « Nous nous sommes mobilisés contre Ebola, contre les grandes inondations, nous nous devons de nous réunir encore face à une crise comme celle du coronavirus », revendique l’artiste.

Pour « faire sa part », le mouvement s’est ainsi appuyé sur certaines de ses plumes comme Fou Malade, Kilifeu ou encore Simon Kouka. Équipement de protection sanitaire sur le dos, ce dernier rappe contre les « querelles de bas étages » et les « intox ». Le clip de leur chanson « Fagaru Ci Coronavirus », sorti le 19 mars et tourné à l’hôpital de Fann de Dakar, où sont mis en quarantaine une partie des malades, se veut un rappel sur les symptômes, les gestes barrière à adopter et les fausses idées auxquelles il faut tordre le cou.

Lutter contre les « fake news »

« La musique urbaine est très écoutée, notamment par les jeunes. Elle circule sur WhatsApp, sur les réseaux sociaux et est un vecteur de communication important. Il est essentiel de faire passer les messages des scientifiques et des autorités, à l’heure où beaucoup de fausses informations et croyances circulent sur la maladie », affirme Simon Kouka.

En dehors du studio d’enregistrement, les membres du collectif ont d’ailleurs troqué leurs habituelles pancartes contestataires pour des gels hydroalcooliques et des masques, qu’ils vont distribuer dans les transports publics. « Nous ciblons les gares routières et les arrêts de bus pour inciter les chauffeurs à éviter les surcharges, et appeler les gens à garder leurs distances », explique encore le rappeur.

S’ils ont plutôt habitué leur public aux titres au vitriol à l’encontre du gouvernement – comme « Saï Saï au coeur » du groupe Keur Gui, qui égratigne Macky Sall et « ses promesses non tenues » -, les artistes de Y’en A Marre ont cette fois décidé de collaborer avec le gouvernement. Avant diffusion, « Fagaru Ci Coronavirus » a été présenté au ministère de la Santé sénégalais pour validation des messages.

Unité nationale

« Il y a ici un enjeu sanitaire important, il était essentiel que l’on ne se trompe pas dans les mots, dans les consignes », justifie Simon Kouka. Car « il y a un temps pour tout », estime le rappeur : « nos combats sociaux ne sont évidemment pas terminés, mais aujourd’hui l’ennemi est commun et l’heure est à l’unité nationale ».

Au Sénégal, la maladie est déjà là, donc confinement obligatoire

Un message de solidarité qu’entend également porter Didier Awadi, pionnier du rap galsen, connu pour ses texte engagés. Sur son compte Instagram, le musicien, dont un ami – le journaliste Jean-Michel Denis – est décédé après avoir contracté le coronavirus, invite ses fans à prendre la menace au sérieux. « Au Sénégal, la maladie est déjà là, donc confinement obligatoire », tance-t-il dans une vidéo postée le 19 mars.

View this post on Instagram

URGENT PARTAGEZ MESSAGE COVID 19

A post shared by Awadi Didier (@awadimusic) on

« Restez chez vous ! »

« En tant qu’artistes, nous avons une responsabilité par rapport à ceux qui nous écoute. Nous devons montrer l’exemple, on ne peut pas faire l’autruche », confie Didier Awadi à Jeune Afrique. Lui assure s’être mis en confinement dans son domicile dakarois dès son retour d’Abidjan, la semaine passée. « Pour l’instant, nous arrêtons les enregistrements au studio. Certes, il va y avoir un impact économique sur mon travail, mais la santé n’a pas de prix », revendique-t-il.

« Restez chez vous ! Ne jouez pas aux rebelles », renchérit de son côté la star du Mbalax, Wally Seck, sur Facebook, où il est suivi par plus de 500 000 personnes.  Un relai important, à l’heure où certains Sénégalais ont encore du mal à adopter les consignes de distanciation sociale dictées par le gouvernement.

Wally Seck a également décidé de mettre la main au portefeuille en faisant un don de 5 millions de francs CFA (près de 7 500 euros) pour la lutte contre le Covid-19. Avant lui, Youssou N’dour était l’un des premiers à contribuer, apportant au ministère de la Santé une aide 10 millions de francs CFA (environ 15 000 euros) en produits sanitaires.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Les articles sur l'évolution du coronavirus sont gratuits.
Soutenez-nous en vous abonnant pour 1€ !

Les articles sur le coronavirus sont gratuits.
Soutenez-nous en vous abonnant pour 1€ !

je m'abonne