Économie

Coronavirus : les dernières infos économiques africaines

Un homme désinfecte les rues d'Alger, le 22 mars 2020.

Un homme désinfecte les rues d'Alger, le 22 mars 2020. © Anis Belghoul/AP/SIPA

Retrouvez ici une sélection des dernières informations, régulièrement mise à jour, sur les conséquences économiques du coronavirus sur le continent.

7 avril 2020

  • Panafricain : l’institution financière IFTC débloque 850 millions de dollars

La société Internationale Islamique de Financement du Commerce (IFTC) fournit 850 millions de dollars pour des interventions d’urgence contre le Covid-19 dans les pays de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) les plus touchés.

Ces fonds sont directement acheminés vers les pays membres de l’OCI éligibles qui ont le plus besoin d’aide pour l’approvisionnement en énergie, les soins de santé, la sécurité alimentaire et d’autres besoins essentiels.

6 avril 2020

  • Gabon : une série de mesures économiques et sociales

Dans son discours à la nation, le 3 avril, Ali Bongo Ondimba a notamment annoncé la participation de l’État au règlement des factures d’eau et d’électricité des ménages les plus pauvres, un moratoire sur les loyers des personnes sans revenus, compensé pour les petits propriétaires par un fonds d’aide de 2,5 milliards de F CFA, ainsi que la gratuité des transports publics. Sur le plan économique, il a annoncé entre autres un moratoire sur les échéances de dettes des entreprises en difficulté et des remises d’impôt pour les entreprises qui se montreront « citoyennes ».

  • Nigeria : à la recherche de l’aide internationale

Abuja, qui a annoncé samedi son intention de créer un fonds de 500 milliards de nairas (1,39 milliard de dollars) afin de renforcer son infrastructure de santé pour lutter contre le virus, a aujourd’hui annoncé avoir demandé aux principaux bailleurs multilatéraux la somme de 6,9 milliards de dollars, à raison de 3,4 milliards demandés au FMI, 2,5 milliards à la Banque mondiale et d’un milliard de dollars à la BAD.

  • Gabon : Fitch dégrade la note souveraine de B à CCC

L’agence de notation américaine considère que « les risques pesant sur la capacité de remboursement de la dette souveraine ont considérablement augmenté en raison de la pression de liquidité due à la baisse des prix du pétrole ». Elle s’attend à ce que le solde budgétaire se détériore à – 4,6 % du PIB en 2020, contre un excédent estimé à 0,2 % en 2019 et un léger excédent prévu en 2020. Les revenus se contracteront de près de 32 %, sur la base de l’hypothèse d’un Brent moyen prix du pétrole de 35 USD le baril en 2020, et sur l’impact négatif d’autres mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus, un commerce international moins dynamique et un retard de paiement des arriérés par le gouvernement.

  • International : 850 millions de dollars de la Société internationale islamique de financement du commerce

La Société internationale islamique de financement du commerce (ITFC) a annoncé le déblocage de 850 millions de dollars pour des interventions d’urgence contre le Covid-19 dans les pays membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) les plus touchés. Ces fonds sont destinés à « l’approvisionnement en énergie, les soins de santé, la sécurité alimentaire et d’autres besoins essentiels », fait-elle savoir.

  • Panafricain : 20 millions d’emplois menacés selon l’Union africaine

Selon une étude de l’Union africaine (UA), environ 20 millions d’emplois sont menacés en Afrique alors que les économies du continent devraient être affectée cette année par l’impact de la pandémie de coronavirus, relatent nos confrères de Reuters.

Les économies africaines sont déjà confrontées à un ralentissement économique mondial imminent, à la chute des prix du pétrole et des matières premières et à une implosion du secteur du tourisme. Dans les deux scénarios modélisés par l’étude de l’UA intitulée « Impact du coronavirus sur l’économie africaine », au global le PIB reculerait de 0,8 % dans le cas optimiste et de 1,1 % dans le scénario pessimiste. Jusqu’à 15 % d’investissement étranger direct pourraient disparaître.

  • Togo : le FMI approuve un décaissement immédiat de 131 millions de dollars

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international a approuvé le 3 avril un décaissement immédiat de 131,3 millions de dollars en faveur du Togo, soit quatre fois le montant initialement prévu au titre du dernier round du programme de facilité élargie de crédit (FEC) conclu il y a trois ans.

« Alors que la reprise économique s’était raffermie, elle a été entravée récemment par la pandémie de Covid-19.  Les perspectives macroéconomiques sont sujettes à une grande incertitude », a déclaré Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim. Le Togo, qui compte 44 cas confirmés au coronavirus , à date, est en état d’urgence sanitaire depuis début avril. Un fonds de solidarité et de relance de l’économie nationale dont un quart est dédié au secteur de la santé a été crée pour financer les mesures sociales et économiques prises pour aider les populations.

  • Madagascar : le FMI annonce le décaissement de 165,99 millions de dollars

Le même jour, le conseil d’administration de l’institution de Breton Woods approuve le décaissement de près de 165 millions de dollars au titre de la facilité de crédit rapide (FCR) pour Madagascar. Ce financement doit permettre d’aider le pays à répondre à ses besoins urgents de balance des paiements résultant du déclenchement de la pandémie du coronavirus.

Cette annonce arrive quelques semaines seulement après une précédente de la Banque mondiale, et de l’OMS qui a récemment annoncé le déblocage d’environ 118 milliards d’ariary.

  • Panafricain : 4 milliards de dollars de pertes pour les compagnies africaines selon l’IATA

L’Association internationale du transport aérien (IATA) appelle à une action urgente des gouvernements africains pour apporter une aide financière aux compagnies aériennes, alors que la majorité d’entre elles subissent d’énormes pertes en raison de la pandémie de coronavirus. Selon l’IATA, les compagnies aériennes du continent ont subi des pertes de l’ordre de quatre milliards de dollars en raison de la pandémie de Covid-19 en cours, et qui a interrompu le trafic aérien au cours des dernières semaines.

3 avril 2020

  • Panafricain : l’obligation à impact social de la BAD cotée à Londres

L’obligation à impact social « Fight Covid-19 » de la Banque africaine de développement, la plus importante de ce type émise à ce jour sur les marchés des capitaux, a été cotée à la Bourse de Londres ce vendredi 3 avril et est désormais disponible sur son marché obligataire durable. Il s’agit de la première obligation de la BAD à la Bourse de Londres.

« La transaction sursouscrite, qui a suscité un intérêt de 4,6 milliards de dollars dans le livre et levé un montant exceptionnel de 3 milliards de dollars, a été lancée pour atténuer l’impact de Covid-19 sur les économies et les moyens de subsistance de l’Afrique. L’obligation à échéance de trois ans a suscité l’intérêt des banques centrales et des institutions officielles, des trésoreries bancaires et des gestionnaires d’actifs, y compris les investisseurs en responsabilité sociale et environnementale (RSE) », précise la banque dans un communiqué.

  • Tunisie : nouvelles mesures sociales, mais de possibles taxes

Le chef du gouvernement tunisien, Elyes Fakhfakh, a annoncé que les 130 000 retraités qui touchent moins de 180 dinars de pension recevront 100 dinars supplémentaires, et qu’une enveloppe supplémentaire de 100 million de dinars sera débloquée pour l’indemnisation des travailleurs en chômage partiel. Le Premier ministre n’exclut pas l’imposition de taxes exceptionnelles sur les entreprises pour financer ces mesures.

  • RDC : dons de Barrick Gold pour 150 000 dollars

Le Premier ministre, Ilunga Ilunkamba a reçu ce 3 avril à la Primature une délégation de Kibali Barrick Gold Corporation, qui a annoncé la mise à disposition du gouvernement de matériel et d’équipements de lutte contre le Covid-19, pour une valeur de 150 000 dollars. Il s’agit notamment de gants, masques, gels antibactériens et de respirateurs. Ces dons sont destinés à Kinshasa, au Haut-Uele, et à l’Ituri.

  • Maroc : la Banque mondiale restructure un prêt de 275 millions de dollars

La Banque mondiale a déployé une réponse d’urgence pour aider le Maroc à faire face aux effets de la pandémie de Covid-19. L’institution financière a procédé à la restructuration d’un prêt de 275 millions de dollars à l’appui des politiques de développement pour la gestion des risques de catastrophe, assorti d’une option de tirage différé en cas de catastrophe.

  • Djibouti : 5 millions de dollars de la Banque mondiale

Avec l’approbation par le Conseil des administrateurs, le 2 avril, d’un crédit de l’IDA de 5 millions de dollars, la Banque mondiale soutient le déploiement du plan de préparation de Djibouti à travers le Projet de riposte Covid-19.

  • Panafricain : le Comité économique et social européen mobilisé

Luca Jahier, le président du Conseil économique et social européen (Cese, un organe de l’Union européenne) a appelé tous ses partenaires à soutenir massivement l’Afrique, qualifiée de « continent frère dans la lutte contre la pandémie ».

Malgré la situation difficile que traversent plusieurs grand pays membre de l’UE (Italie, Espagne et France notamment), Luca Jahier juge l’Europe « bien placée » pour fournir matériel médicale et denrées alimentaires à l’Afrique via des « corridors commerciaux ». Il relaie également l’appel du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed à mettre en place un fonds mondial de soutien aux systèmes de santé sur le continent et juge « bienvenue » la suspension du remboursement de la dette des pays en difficulté « suivie d’une réduction significative de celle-ci ».

  • Rwanda : le FMI décaisse 109,4 millions de dollars

Le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a approuvé le décaissement de 109,4 millions de dollars au titre de la Facilité de crédit rapide (FCR) à destination du Rwanda où « les autorités ont agi rapidement en mettant en place des mesures pour aider à contenir et à atténuer la propagation de la maladie », estime l’institution. Ces fonds soutiendront la baisse des échanges internationaux et aideront à faire face à l’augmentation des dépenses visant à contenir les épidémie et atténuer son impact économique.

  • Burkina Faso : des mesures estimées à près de 400 milliards de F CFA

Le président burkinabè, Roch Marc Christian Kabore, estime que le coronavirus fera chuter la croissance de plus de 4 points en 2020 et entraînera une baisse des recettes publiques de l’ordre de 306 milliards de F CFA. Il annoncé un certain nombre de mesures pour faire face à l’épidémie : suspension de certaines taxes, report d’échéances… Ce plan « nécessite la mobilisation de près de 394 milliards de francs CFA, soit 4,45 % du PIB burkinabè ».

  • Togo : un fonds de solidarité de 400 milliards de F CFA

Le président togolais, Faure Gnassingbé, a annoncé la mise en place d’un Fonds national de solidarité et de relance économique doté de 400 milliards de francs CFA (610 millions d’euros). La cagnotte sera alimentée par le budget de l’État, les mobilisations des partenaires internationaux, du secteur privé national et international et « de toutes les bonnes volontés ». Sa vocation : soutenir les mesures sociales décidées, notamment la gratuité des factures d’électricité et d’eau pour trois mois pour les ménages les plus pauvres.
Pour les entreprises, les recouvrements d’impôts sont suspendus au même titre que les redressements fiscaux. Une exonération de taxes et suppression des frais de douane sur les matériels médicaux et médicaments est également prise pour la période de crise.

2 avril 2020

  • Sénégal : accord de principe du FMI pour une aide de 221 millions de dollars

La décision (annoncée le 1er avril) doit être entérinée par le conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) mi-avril. Les deux tiers de l’enveloppe seront octroyés via l’Instrument de financement rapide (IFR), un crédit qui doit être remboursé dans les 3 ans et un trimestre à 5 ans. Le tiers restant sera attribué dans le cadre de la Facilité de crédit rapide (FCR), un prêt à taux 0 remboursable dans les 10 ans. L’aide a été négociée entre l’équipe pays du département Afrique du FMI et le ministère des Finances du Sénégal.

  • Les ministres africains des Finances réclament un financement urgent de 100 milliards de dollars

Dans le cadre d’une réunion organisée par Vera Songwe, secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique, et coprésidée par les ministres Tito Mboweni d’Afrique du Sud et Ken Ofori-Atta du Ghana, les ministres africains des Finances réclament un décaissement de 100 milliards de dollars pour faire face à l’impact de la pandémie.

Les ministres appellent aussi à la mise en place de couloirs humanitaires et commerciaux et la levée de l’interdiction sur les exportations des médicaments.

  • ONU, OMS et OMC alertent sur le risque de pénurie alimentaire

« Les incertitudes liées à la disponibilité de nourriture peuvent déclencher une vague de restrictions à l’exportation », qui engendrera « une pénurie sur le marché mondial », ont déclaré dans un communiqué commun le Chinois Qu Dongyu, qui dirige l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), l’Éthiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Brésilien Roberto Azevedo, à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

  • Mines : Kinross annule ses objectifs 2020

Kinross Gold a annoncé qu’il retirait ses prévisions pour l’année 2020, bien que l’épidémie de coronavirus n’ait eu jusqu’à présent aucun impact significatif sur les opérations de la société. En effet, le minier canadien poursuit tous ses projets de production ou d’exploration dans le monde, dont ceux de la mine d’or de Tasiast en Mauritanie et de Chirano au Ghana.

1er avril 2020

  • Tunisie : nouvelles mesures de la BCT

La banque centrale tunisienne, qui avait déjà pris une série de mesures en faveur des ménages les plus modestes, a étendu aux revenus supérieurs à 1 000 dinars les reports des remboursement des intérêts et principal du 1er avril au 30 juin. Les paiements automatiques des frais séjour pour les élèves et ceux qui suivent une formation à l’étranger sont aussi reportés pour mai et juin, tandis que les banques et établissements financiers ont la possibilité d’organiser leurs assemblées générales après le 30 avril (date légale). La BCT a aussi appelé les banques et établissements financiers à ne ne pas distribuer de dividendes au titre de l’exercice 2019 et de s’abstenir de racheter leurs propres actions.

  • RDC : les mesures du gouvernement

En réponse au coronavirus, le gouvernement congolais a décidé l’exonération, pour une durée de six mois, de tout impôt, droit, taxe et redevance sur l’importation et la vente des intrants et produits pharmaceutiques ainsi que sur les matériels et équipements médicaux ; l’enlèvement d’urgence des intrants et produits pharmaceutiques actuellement sous douane. Il a en outre décidé la suspension, pour une période de trois mois, de l’application des pénalités en cas de retard dans le dédouanement des marchandises et des produits de première nécessité.

À ces premières mesures s’ajoutent la suspension, pour une durée de trois mois, du paiement de l’impôt sur les revenus locatifs à charge des entreprises, le soutien pour la relance des activités des entreprises au moyen d’un financement du Fonds pour la Promotion de l’industrie (FPI) à taux zéro et la suspension durant une période de trois mois de certaines missions de contrôle fiscal, parafiscal et économique dans les entreprises. Enfin, pour deux mois, l’accès à l’eau et à l’électricité est gratuit.

  • Côte d’Ivoire : le Premier ministre s’attend à une croissance « divisée par deux »

La croissance économique de la Côte d’Ivoire devrait être divisée par deux, à 3,6 % en 2020, à cause de l’épidémie de coronavirus, selon le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, qui a annoncé mardi un vaste plan de soutien économique et social d’un montant de 1 700 milliards de francs CFA (2,6 milliards d’euros), soit environ 5 % du PIB ivoirien : suspension du paiement de taxes, d’impôts, de charges sociales pour les PME, un fonds de soutien spécifique pour les grandes cultures agricoles d’exportation (cacao, noix de cajou, hévéa..), ou encore prise en charge par l’État des factures d’électricité et d’eau pour les ménages les plus pauvres.

  • International : Moody’s abaisse la perspective attachée à la note de quatre majors

L’agence de notation américaine a estimé ce 1er avril que les perspectives étaient « négatives » pour BP, Shell, Equinor et Total, reflétant « l’impact significatif que l’effondrement des prix du pétrole et du gaz aura sur le profil financier de ces sociétés en 2020 ».

  • Somalie : le Club de Paris annule 1,4 milliard de dollars de dettes

Le Club des nations créancières de Paris a convenu mardi de restructurer la dette de la Somalie, notamment en annulant immédiatement 1,4 milliard de dollars dus par le pays appauvri de la Corne de l’Afrique

  • Panafricain : « jusqu’à trois ans » pour tourner la page du coronavirus

Les ministres africains des Finances ont tenu mardi une deuxième réunion virtuelle, dans le contexte de l’augmentation des cas de COVID-19 en Afrique, soulignant que l’économie africaine est confrontée à un ralentissement profond et synchronisé et qu’il pourrait falloir jusqu’à trois ans pour tourner la page.

  • International : Glencore repousse le versement des dividendes à ses actionnaires

Glencore PLC a déclaré mardi qu’elle reportait une décision sur l’opportunité de procéder à la distribution proposée de 2,6 milliards de dollars – ou 20 cents par action – aux actionnaires jusqu’à ce qu’elle soit mieux placée pour examiner l’impact de Covid-19 sur l’entreprise et ses perspectives.

Le géant anglo-suisse des matières premières – l’un des plus grands producteurs mondiaux de matières premières telles que le cuivre, le cobalt et le charbon – a déclaré qu’il prenait des mesures pour protéger et renforcer sa structure de capital pendant cette période incertaine et a refinancé et étendu son crédit installations.

  • RDC : afflux de dons des sociétés privées au gouvernement

La banque UBA a octroyé mardi 150 00 dollars au gouvernement, dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Dans la foulée, les opérations minières de Glencore dans le pays, Kamoto Copper Company SA (KCC) et Mutanda Mining SARL (MUMI), ont décidé de faire un don d’équipements médicaux d’une valeur de 750 000 dollars au gouvernement provincial du Lualaba.

31 mars 2020

  • Kenya : la compagnie nationale en appelle à l’État

Kenya Airways, qui n’assure plus qu’une poignée de vols locaux après la suspension de toutes ses dessertes internationales, a demandé de l’aide au gouvernement pour couvrir les « coûts critiques » tels que le paiement des salaires du personnel, a déclaré mardi son président, Michael Joseph.

  • L’OMT table sur un manque à gagner compris entre 300 et 450 milliards de dollars

L’Organisation mondiale du tourisme (OMT) prévoit une baisse de 20 % à 30 % des recettes du tourisme international (exportations) dans des proportions comprises entre 300 milliards et 450 milliards de dollars, soit près d’un tiers des 1 500 milliards de dollars de recettes générées en 2019. « Compte tenu des tendances passées du marché, la Covid-19 ferait perdre de cinq à sept ans de croissance », estime l’institution spécialisée de l’ONU.

  • Anglo American, Sibany-Stillwater et Impala Platinum invoquent la force majeure

Les géants mondiaux de la production de platine, Anglo American Platinum, Sibanye-Stillwater et Impala Platinum, invoque la « force majeure » sur leurs contrats après que l’Afrique du Sud a décrété le confinement national pour trois semaines, les contraignant à l’arrêt des opérations.

30 mars 2020

  • International : la « stratégie en quatre volets » de la Cnuced

Face à un « tsunami financier imminent », la Cnuced propose une injection de liquidités de 1 billion de dollars ; un arrêt immédiat des paiements de la dette souveraine devrait être suivi d’un allégement significatif de la dette des pays les plus en difficulté ; un plan Marshall pour un relèvement de la santé financé par une partie de l’aide publique au développement (APD) et enfin des contrôles de capitaux pour limiter la flambée des sorties de capitaux, réduire l’illiquidité due aux ventes massives sur les marchés des pays en développement et arrêter les baisses des prix des devises et des actifs. « Les retombées économiques du choc sont continues et de plus en plus difficiles à prévoir, mais il y a des indications claires que les choses vont empirer pour les économies en développement avant de s’améliorer », a déclaré le secrétaire général de la Cnuced, Mukhisa Kituyi.

  • RDC : Moody’s réagit aux mesures de la banque centrale congolaise

Dans une note d’analyse, l’agence de notation américaine estime que les mesures prises par la Banque centrale de Kinshasa « limitent la détérioration de la qualité des actifs des banques dans l’environnement difficile actuel », mais « si elles restent en place pendant plus de quelques mois, elles retarderaient le renforcement des profils de crédit des banques » et « réduiraient la transparence des prêts problématiques dans le système bancaire », prévient-elle. Moody’s s’attend à ce que « les emprunteurs des secteurs du commerce de gros et de détail, des transports et des mines soient les plus gravement touchés par l’épidémie de coronavirus et que les petites et moyennes entreprises (PME) soient particulièrement vulnérables aux chocs économiques ».

  • Centrafrique : les recettes de la douane en chute libre

Alors que la douane centrafricaine avait pu compter sur des recettes de plus de 5 milliards de francs CFA (3,05 millions d’euros) en janvier et février, elle a annoncé ce matin en avoir perçu un peu moins de 2 milliards ce mois de mars. Ce manque à gagner a un impact très important sur l’économie du pays, déjà fortement touché par la présence des groupes armés qui prélèvent une grande partie des recettes fiscalo-douanières.

  • Panafricain : Euler Hermes dégrade la note de quatre pays africains

Le leader mondial de l’assurance-crédit Euler Hermes annonce la baisse de 18 notes de risques pays au premier trimestre 2020 à cause du risque d’une récession prolongée et d’une vague de faillites dues à l’épidémie Covid-19. Parmi les 18 pays concernés, figurent en Afrique le Maroc, le Kenya, le Ghana et l’Ile Maurice qui pâtiront eux aussi, cette année, d’une croissance mondiale estimée par Euler Hermès à +0,5% contre +2,5% en 2019 et d’une hausse des défaillances mondiales d’entreprises de 14 %.

  • Panafricain : Absa annonce un programme d’aide à ses clients, particuliers et entreprises

La banque sud-africaine met en place ce 30 mars un programme d’allègement de crédit pour ses clients éligibles ayant besoin de liquidités à court terme, permettant à ces derniers de réduire leurs versements mensuels pendant trois mois. Ce programme est étendu à tous les marchés d’Absa en Afrique, « mais sera mis en œuvre sous réserve des différentes conditions, lois et réglementations applicables dans chaque pays », précise la banque.

  • Mauritanie : un Fonds de solidarité social de 60 millions d’euros

Le gouvernement mauritanien a décidé de créer un Fonds de solidarité sociale pour lutter contre le coronavirus et ses conséquences. D’un montant de 25 milliards d’ouguiyas (60 millions d’euros), ce Fonds sera utilisé notamment pour financer à hauteur de 5 milliards d’ouguiyas une allocation qui sera versée à 30 000 familles pauvres pendant trois mois. Le reste de l’enveloppe sera consacré en particulier à la prise en charge pendant deux mois par l’État des factures d’eau et d’électricité de ces familles et, pendant le reste de l’année 2020, des dépenses de consommation d’eau des villages ainsi que des taxes versées par les chefs de famille travaillant dans le secteur de la pêche artisanale.

  • Panafricain : De Beers annule son opération de vente de diamants bruts

La filiale d’Ango American a indiqué que son troisième événement de vente Sights 2020 n’aurait pas lieu, en raison des fermetures au Botswana, en Afrique du Sud et en Inde.

  • Panafricain : l’AFD débloque 1,5 million d’euros pour l’Afrique francophone

L’Agence française de développement (AFD) lance un dispositif conjoint de veille sanitaire avec cinq pays d’Afrique francophone (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gabon, Mali et Sénégal). Déployé avec l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), ce programme doté de 1,5 million d’euros doit permettre d’améliorer l’équipement de cinq laboratoires hospitaliers africains chargés de la détection précoce des cas de Covid-19. L’ambition est aussi de former les professionnels de santé et de dispenser des formations en sciences sociales (en communication notamment). Pour Rémy Rioux, le directeur général de l’AFD « l’avenir de la pandémie pourrait se jouer » en Afrique.

  • Nigeria : effectifs réduits sur les plateformes pétrolières

Une circulaire émanant du régulateur pétrolier nigérian a ordonné aux sociétés pétrolières et gazières de réduire leurs effectifs offshore et de passer à des rotations de 28 jours dans le cadre de mesures visant à freiner la propagation du coronavirus.

  • Kenya : Uber suspend ses courses nocturnes

La célèbre entreprise de VTC a annoncé suspendre toutes ses courses entre 18 heures et 5 heures du matin à Nairobi et Mombasa, en vertu du couvre-feu annoncé par le président.

  • Namibie : trois semaines d’arrêt pour le secteur minier

La Namibie a ordonné samedi aux sociétés minières de cesser leurs activités jusqu’au 16 avril, alors que le pays entamait son premier jour de fermeture partielle. Le secteur (diamants, uranium, zinc et cuivre) génère environ 50 % des recettes d’exportation du pays, contribuant à 9,3 % au produit intérieur brut (PIB) en 2019, et est essentiel pour inverser la récente récession due à une forte baisse de la production primaire.

27 mars 2020

  • Maroc : 450 millions de l’UE pour faire face à la pandémie

Dans un communiqué conjoint avec le Maroc, l’Union Européenne a annoncé un appui immédiat de 150 millions d’euros spécifiquement dédié aux besoins du Fonds spécial pour la gestion du coronavirus créé le 15 mars sur instruction du roi Mohammed VI. Par la suite, 300 millions d’euros des fonds alloués au Maroc seront réaffectés à la lutte contre la pandémie, explique l’UE, qui promet d’accélérer la mobilisation de ces fonds « pour répondre aux besoins budgétaires exceptionnels du Royaume ».

  • International : la patronne du FMI s’attend à une récession « pire que celle de 2009 »

La directrice générale du FMI, Kristalina Georgieva, a déclaré ce 27 mai que l’économie mondiale est « entrée en récession » et prévenu quelle celle-ci pourrait être « pire que celle de 2009. Elle a espéré une reprise en en 2021, à condition que les gouvernements prennent des mesures adéquates et coordonnées, et souligné le grand besoin de financement pour les pays émergents, avançant le chiffre de 2 500 milliards de dollars.

  • Panafricain : le logisticien Transnet réduit la voilure

La société sud-africaine, qui exploite près des trois quarts du réseau ferroviaire africain, a déclaré qu’elle réduirait les services de transport et les opérations de fret « non essentielles ». Les expéditions de métaux et de minéraux dépendront de la demande et de l’approbation de Pretoria, souligne-t-elle. Si le transport du charbon vers les centrales électriques publiques d’Eskom se poursuivra, tous les terminaux automobiles et terminaux polyvalents dans les ports d’East London, Saldanha, Port Elizabeth et Maydon Wharf à Durban seront fermés.

  • Panafricain : la BAD émet une obligation record de 3 milliards de dollars

La Banque africaine de développement (BAD) a vendu jeudi un montant record de dette de 3 milliards de dollars, afin de lutter contre les retombées de la flambée de coronavirus.

  • Éthiopie : la Banque nationale injecte des liquidités

L’Éthiopie a déclaré vendredi que la Banque nationale d’Éthiopie prévoyait d’injecter 15 milliards de birrs éthiopiens (418 millions d’euros) de liquidités aux banques privées pour amortir l’économie du choc du coronavirus, a rapporté l’agence de presse publique Fana.

  • Nigeria : Fitch dégrade la note des principales banques

Estimant que « toutes les banques nigérianes seront confrontées à des pressions matérielles au cours des prochains mois compte tenu du krach pétrolier, de la dévaluation potentielle du naira nigérian et de l’impact de la pandémie Covid-19 sur les particuliers et les entreprises », l’agence de notation américaine a fait passer de B+ à B les notations de Zenith Bank (Zenith), Guaranty Trust Bank (GTB) et United Bank for Africa (UBA), les banques jusque là les mieux notées du pays.

  • Tunisie : les banques mises à contribution

L’Association professionnelle tunisienne des banques et établissement financiers (APTBEF) a lancé une demande de dons auprès de ses membres. L’objectif est de récolter 100 millions de dinars. Selon son président, Habib Belhaj Gouider, sept banques ont accepté de verser 10 millions de dinars chacune. Les 30 millions restant devraient être répartis entre les 30 autres banques et établissements financiers membres de l’APTBEF.

  • Panafricain : la quasi-totalité des avions cloués au sol

Selon l’Association des compagnies aériennes africaines (Afraa), « 95 % de la flotte aérienne africaine est clouée au sol en raison de la pandémie, sauf des vols cargos », a déclaré à l’AFP Abderrahmane Berthé, secrétaire général de l’Afraa, qui compte 45 compagnies membres sur le continent. Ce dernier a prévenu que sans soutien, ces compagnies « vont se retrouver en situation d’insolvabilité d’ici fin juin ». Il estime que 2,5 à 3 milliards de dollars (entre 2,3 et 2,8 milliards euros) sont nécessaires, à travers des aides financières ou des allègements de taxes et charges.

  • Nigeria : UBA fait un don 5 milliards de nairas

La banque panafricaine, active dans une vingtaine de pays du continent, a annoncé un don de plus de 5 milliards de nairas (12 millions d’euros), via sa fondation, pour « catalyser une réponse panafricaine globale à la lutte contre la pandémie mondiale de coronavirus ».  Près des deux tiers de cette somme seront allouées au Nigeria, 1,5 milliard de nairas devant être alloués aux autres pays dans lesquels UBA est présente.

Un live réalisé par Olivier Marbot, Rémy Darras, Julien Clémençot, Mathieu Galtier (à Tunis), El Mehdi Berrada (à Casablanca), Manon Laplace (à Dakar), Christophe Le Bec, Charles Djade (à Lomé), Pacôme Pabandji (à Bangui), Stanis Bujakera Tshiamala (à Kinshasa) Aurélie M’Bida et Nelly Fualdes.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte