Sport

Le coronavirus met le sport africain à l’arrêt

Le joueur sénégalais Sadio Mane à la fin du match de football de la CAN 2019 entre l'Algérie et le Sénégal, au Caire, le 19 juillet 2019.

Le joueur sénégalais Sadio Mane à la fin du match de football de la CAN 2019 entre l'Algérie et le Sénégal, au Caire, le 19 juillet 2019. © Hassan Ammar/AP/SIPA

L’épidémie de coronavirus a entraîné la suspension, le report et même l’annulation de nombreux événements sportifs. Le championnat d’Afrique des nations (CHAN), prévu au Cameroun du 4 au 25 avril, est la dernière compétition majeure du continent à subir les effets du virus.

Le 11 mars, la Confédération africaine de football (CAF) assurait qu’elle maintenait l’organisation de toutes ses compétitions, dont les troisième et quatrième journées des qualifications pour la CAN 2021, fixées entre les 25 et 31 mars, et le championnat d’Afrique des nations (CHAN) au Cameroun. Mais moins d’une semaine plus tard, l’agenda de l’instance a été balayé par l’épidémie de Covid-19. Tour d’horizon des événements sportifs à l’arrêt sur le continent.

• Report du CHAN

Plusieurs jours avant le report du CHAN, le Rwanda, qualifié pour la phase finale, avait annoncé son forfait face à la situation sanitaire. Et il se murmurait avec insistance que le Maroc, qui venait d’annuler son stage de préparation, s’apprêtait à faire de même. L’instance, face à la situation sanitaire, ne s’est évidemment pas hasardée à donner une nouvelle date pour l’organisation du CHAN dans un pays qui a fermé ses frontières et ses écoles, et où le championnat a été suspendu.

De nombreux pays africains ont décidé de prendre des mesures fortes face à cette pandémie mondiale (confinement des populations, fermetures des frontières, mises en quarantaine…) et il était donc inévitable que la CAF reporte le CHAN. Elle avait donc un peu plus tôt reporté les troisième et quatrième journées des qualifications pour la CAN 2021, après avoir été contactée par de nombreuses fédérations, inquiète face à la propagation du virus.

« Il semblait beaucoup plus raisonnable de prendre cette décision. Un grand nombre d’internationaux africains jouent en Europe, où les championnats sont à l’arrêt. Certains évoluent dans des équipes où des joueurs ont été testés positifs. Il y a également des difficultés de transport, pour rejoindre l’Afrique », résume Ahmad Ahmad, le président de la CAF, contacté par Jeune Afrique.

• Report des 52 matchs qualificatifs pour la CAN 2021

Avant le report officiel de deux journées de qualifications pour la CAN, plusieurs fédérations avaient clairement indiqué leur volonté de ne pas jouer fin mars. Ainsi, le Kenya ne souhaitait pas affronter les Comores, motivant sa position par le fait que « de nombreux internationaux comoriens évoluent en France ».

Tom Saintfiet, le sélectionneur belge de la Gambie, s’était pour sa part opposé au double affrontement avec le Gabon, rappelant que 7 de ses internationaux sont sous contrat avec des clubs italiens, le pays d’Europe le plus touché par le Covid-19. Quant au Lesotho, adversaire du Bénin, il avait carrément interdit à ses ressortissants de sortir du pays, tout en interdisant aux étrangers de pénétrer sur son sol.

L'Algérien Riyad Mahrez dispute le ballon au Sénégalais Youssouf Sabaly en finale de la CAN 2019, le 19 juillet 2019 au Caire.

L'Algérien Riyad Mahrez dispute le ballon au Sénégalais Youssouf Sabaly en finale de la CAN 2019, le 19 juillet 2019 au Caire. © AP Photo/Amr Nabil

La CAF, qui avait dans un premier temps envisagé d’accorder aux fédérations de faire jouer les matchs à huis-clos, s’est finalement rendue à l’évidence. Elle a également reporté ses compétitions prévues dans les prochaines semaines, comme les qualifications pour la Coupe du Monde féminine des moins de 20 ans (20-29 mars) et celles de la CAN féminines (8-14 avril).

À ce jour, une incertitude plane également sur le maintien aux dates prévues des demi-finales de la Ligue des Champions entre Raja Casablanca et Zamalek et entre le WAC Casablanca et Al-Ahly, prévues début mai, ainsi que sur celles de la Coupe de la Confédération entre Pyramids Le Caire et Horoya Conakry et RS Berkane-Hassania Agadir.

• Des championnats suspendus

Plusieurs fédérations et Ligues n’avaient pas attendu les mesures décidées par la CAF pour s’adapter à une situation sanitaire exceptionnelle. Ainsi, l’Algérie, le Maroc et l’Égypte, après avoir imposé le huis-clos, ont décidé de suspendre, pour des durées plus ou moins longues, leurs championnats professionnels, mais aussi amateurs.

Sur tout le continent africain, la liste ne cesse de s’allonger. Ainsi, le Cameroun et le Togo ont été les derniers à annoncer, le 17 mars, que leur championnat allait observer une pause. Avant eux, de nombreux pays – Afrique du Sud, Gabon, RDC, Ghana, Libye, Tunisie, Botswana, Guinée, Sénégal, Côte d’Ivoire, Guinée équatoriale, Mauritanie – avaient pris cette décision, et d’autres devraient suivre.

La COSAFA, l’organisation régionale qui regroupe les fédérations d’Afrique australe, a reporté le tournoi des moins de 17 ans féminines, que l’Île Maurice devait accueillir du 17 au 26 avril, en accord avec le gouvernement mauricien. Quant à la FIFA, elle a repoussé la confrontation entre les joueuses chiliennes et camerounaises (9 et 15 avril), qualificative pour les Jeux olympiques (JO) de Tokyo.

• La Ligue des Champions et la Ligue Europa suspendues

Si un report de quelques mois des JO est à l’étude, d’autres compétitions d’envergure ont vu leur calendrier chamboulé. Ainsi, l’Euro 2020 de football se jouera finalement en 2021. L’UEFA a également suspendu la Ligue des Champions et la Ligue Europa.

Mohamed Salah célèbre avec Sadio Mané (g.) le but de l'égalisation de Liverpool avant la victoire contre Manchester City, en match retour de quart de finale de la Ligue des Champions, le 10 avril 2018 à Manchester.

Mohamed Salah célèbre avec Sadio Mané (g.) le but de l'égalisation de Liverpool avant la victoire contre Manchester City, en match retour de quart de finale de la Ligue des Champions, le 10 avril 2018 à Manchester. © Rui Vieira/AP/SIPA

La Copa America, prévue en juin et juillet prochains en Colombie et en Argentine, a été repoussée d’un an. La Confédération Asiatique de Football (AFC) a pour sa part reporté les matchs de qualifications pour la Coupe du monde 2022, initialement programmés en mars et juin.

• D’autres disciplines impactées

Le football n’est évidemment pas la seule discipline touchée par l’épidémie de Covid-19. Ainsi, le Marathon des Sables, qui se déroule tous les ans au Maroc depuis 1986 au mois d’avril, a été annulé.

La première édition de la Basketball Africa League, réunissant douze équipes réparties dans six villes (Dakar, Salé, Monastir, Lagos, Luanda, Le Caire et Kigali), et qui devait débuter à Dakar le 13 mars dernier, a été reportée à une date ultérieure.

Le Maroc a quant à lui annulé le Grand Prix de Rabat de judo ainsi que le Tour cycliste. La Confédération africaine de handball (CAHB) a reporté la Super Coupe, ainsi que le championnat d’Afrique des clubs vainqueurs de coupe, qui devait être organisés à Alger, début avril. Celle de volley (CAVB) a également ajourné toutes ses compétitions.

 

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte