Justice

Coronavirus : Dakar annonce des mesures judiciaires contre les diffuseurs de « fake news »

| Par
Mis à jour le 25 mars 2020 à 10h48
Le centre hospitalier de Fann, à Dakar, en 2014.

Le centre hospitalier de Fann, à Dakar, en 2014. © Jane Hahn/AP/SIPA

Le ministre sénégalais de la Santé a déclaré la guerre à tous ceux qui propagent de fausses informations niant l’existence du coronavirus. Trois personnalités publiques ont déjà dû s’expliquer face aux enquêteurs de la gendarmerie.

Le gouvernement sénégalais ne plaisante pas avec les « fakes news » sur le coronavirus. Dans la foulée de la longue réunion de crise, convoquée le 14 mars au palais présidentiel par le président Macky Sall, le ministre de la Santé et de l’Action sociale Abdoulaye Diouf Sarr avait déjà averti sur sa détermination à saisir le procureur de la République d’une plainte contre X pour toute publication et diffusion de fausses informations au sujet du Covid-19 dans le pays. Selon lui, les individus à l’origine de ces rumeurs sont des « ennemis de la République, qui sont là pour contrecarrer les efforts de l’État pour freiner l’épidémie ».

Jusqu’ici, nombre d’internautes n’hésitaient pas à exprimer, via les réseaux sociaux, leur scepticisme ou même leur incrédulité vis-à-vis de l’existence du virus. Deux jours plus tard, le ministre a mis sa menace à exécution et trois personnalités publiques ont déjà dû s’expliquer sur leurs déclarations devant la Section de recherches (SR) de la gendarmerie sénégalaise.

Remise en cause de l’existence du virus

Le communicateur traditionnel Abdoulaye Mbaye Pekh a été le premier s’expliquer, le 16 mars, devant les officiers de police judiciaire. Sa faute ? L’homme a, à travers une vidéo devenue virale, mis en doute l’existence du virus dans la ville sainte de Touba et s’est opposé, par conséquent, à l’annulation du Kazu Rajab, une manifestation religieuse commémorant la naissance d’El Hadji Falilou Mbacké, deuxième khalife général des mourides.

Je répondais à ceux qui disent que Touba est l’épicentre du coronavirus au Sénégal

À l’issue de son interrogatoire, Abdoulaye Mbaye s’est manifestement rétracté. « Des personnes malintentionnées ont déformé mes propos pour me mettre en mal avec le chef de l’État (…) Je n’ai jamais nié l’existence du virus. Ce que j’ai dit est très clair. Je répondais à ceux qui disent que Touba est l’épicentre du coronavirus au Sénégal. Je leur ai dit que si la maladie est présente à Touba, Serigne Touba, fondateur de la cité religieuse, l’y chassera ».

Très introduit dans la confrérie mouride, l’homme a d’ailleurs révélé être en train de réfléchir avec El Hadji Mansour Mbaye, autre grand communicateur traditionnel, à une stratégie de sensibilisation de l’opinion sur la pandémie.

Le 17 mars, la célèbre oracle Selbé Ndom a, à son tour, été auditionnée pour avoir nié la présence du virus dans le pays. Dans la foulée, le chanteur Mame Goor Diazaka a lui aussi été entendu. Aucune poursuite judiciaire n’a finalement été initiée à l’encontre de ces trois individus.

Dissuasion

Selon Mohamed Dieng, avocat au barreau de Dakar, si cette plainte du ministère de la Santé contre X vient à son heure, elle revêt en revanche un caractère plutôt dissuasif. « L’article 255 du Code pénal sénégalais prévoit que toute personne coupable de diffusion, divulgation ou reproduction par quelque moyen que ce soit, de nouvelles fausses est passible d’une peine d’emprisonnement d’un à trois ans, d’une amende de 100 000 à 1 500 000 francs CFA, avec la possibilité d’une interdiction de séjours pendant cinq ans au plus », détaille-t-il pour Jeune Afrique.

En réponse à certaines dérives relevées notamment dans les médias en ligne, le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics) a pour sa part tenu à rappeler à la presse qu’elle se doit d’appliquer les règles élémentaires du métier. « Toute information à destination du public doit être vérifiée et confirmée par des sources médicales, notamment. Le traitement des informations portant sur le Covid-19 doit se faire en toute responsabilité pour éviter la psychose et les mauvaises interprétations ».

D’après les chiffres communiqués par le ministère de la Santé et de l’Action sociale, le Sénégal comptabilise à ce jour 31 cas déclarés positifs au coronavirus, dont deux guéris.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne