Diplomatie

Crise en Libye : ce qu’il faut retenir du conclave à Oyo entre l’ONU et l’Union africaine

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, lors de l'ouverture du 33e sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, en février 2020.

Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, lors de l'ouverture du 33e sommet de l'Union africaine à Addis-Abeba, en février 2020. © AP/Sipa

La première réunion du groupe de contact Union africaine-ONU s’est tenue à Oyo, au Congo-Brazzaville, les 12 et 13 mars. Il y a notamment été question de la nomination du prochain émissaire de l’ONU pour la Libye.

Outre l’organisation de la conférence de réconciliation interlibyenne en juillet à Addis-Abeba, les chefs d’États, ministres et représentants des institutions intergouvernementales présents à Oyo ont discuté de la nomination du prochain émissaire de l’ONU pour la Libye. L’ex-ministre des Affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra, devrait être nommé prochainement par le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

La conférence de réconciliation se voudra la plus « inclusive possible », c’est-à-dire qu’elle intégrera également des kadhafistes, en plus de représentants du gouvernement d’union nationale (GNA) et de soutiens du maréchal Haftar.

Evoquée lors du dernier sommet de l’Union africaine à la mi-février à Addis-Abeba, une mission d’observation menée par l’Union africaine est bien envisagée en cas de réussite des négociations sur un cessez-le-feu durable.

En cas de violations de la trêve, les membres du groupe de contact ont insisté sur la nécessité de « nommer et condamner » les responsables. Une évolution notable car le précédent émissaire de l’ONU pour la Libye Ghassan Salamé avait été critiqué pour sa réticence à dénoncer nommément ceux qui se rendaient coupables de telles violations.

Enfin, le président congolais Denis Sassou Nguesso, qui dirige le Comité de haut-niveau de l’Union africaine sur la Libye, et le président sud-africain Cyril Ramaphosa, qui a pris en février la tête de l’Union africaine, ont montré leur volonté de travailler en harmonie sur le dossier libyen.

La présidence égyptienne de l’UA, qui a précédé celle de l’Afrique du Sud, avait été accusée de bloquer la médiation africaine sur le dossier libyen, en raison notamment de son soutien militaire au maréchal Haftar.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte