Société

Covid-19 en Afrique : une carte pour suivre au jour le jour l’avancée de l’épidémie

Par
Mis à jour le 20 octobre 2021 à 11:07

Séance de vaccination contre le Covid-19 à l’hôpital Mbagathi de Nairobi, au Kenya, le 12 avril. © ROBERT BONET/AFP

La « troisième vague » de contamination au Covid-19 est maintenant terminée mais la situation générale reste compliquée du fait, notamment, de la virulence du fameux variant Delta. Quant à la vaccination, elle progresse trop lentement avec environ 3 % de la population vaccinée à la mi-septembre. Les pays riches ont promis de livrer d’importantes quantités de doses d’ici à la fin de l’année, mais le scepticisme et la réticence aux vaccins restent élevés dans beaucoup de régions.

Cette fois c’est confirmé : la troisième vague de l’été est terminée. La décrue du nombre de nouveaux cas de contamination se poursuit de semaine en semaine, avec 74 000 cas hebdomadaires recensés au 26 septembre (contre 165 000 au début du mois). Soit une baisse de 35 % par rapport à la semaine précédente.

Pas de quoi se réjouir cependant car comme le rappelle le Dr Matshidiso Moeti, qui dirige le bureau Afrique de l’organisation, 26 Africains meurent du Covid à chaque heure qui passe. Le cap des 200 000 décès sur le continent a d’ailleurs été franchi début septembre. La faute, pour beaucoup, à la virulence du variant Delta qui devient chaque jour davantage la forme dominante du virus sur le continent. Au 30 septembre, ce variant avait été identifié dans 39 pays (contre respectivement 45 et 40 pays pour les variants Alpha et Beta). Le sud du continent reste le plus touché et le Delta représente plus de 70 % des cas de contamination dans des pays comme le Botswana, le Malawi et l’Afrique du Sud. Et même plus de 90 % au Zimbabwe.

Reste que les chiffres interrogent forcément : nombre de médecins estimaient depuis longtemps que le nombre de cas était grandement sous-estimé par les statistiques officielles, et l’OMS a jeté un véritable pavé dans la mare en annonçant mi-octobre que le bilan réel était sans doute sept fois supérieur à ce qui est annoncé, soit à cette date environ 59 millions de cas sur le continent (et un nombre de décès a priori supérieur également, mais pas dans les mêmes proportions). En cause, principalement : le très grand nombre de malades totalement asymptomatiques. Ce qui ne les empêche malheureusement pas d’être contagieux.

Des capacités de séquençage très insuffisantes

Du côté de la riposte, on sait maintenant que la lutte contre la pandémie passe par une meilleure identification des variants qui sévissent au sein de chaque communauté, ce qui suppose de procéder à beaucoup plus de séquençages des échantillons prélevés sur les malades. Les capacités techniques permettant de procéder à cette opération sont malheureusement très insuffisantes dans la plupart des pays. L’Afrique ne représente à ce jour que 1 % des opérations de séquençage du Covid réalisées dans le monde.

Sur le plan de la vaccination, le bilan reste décevant, même si les chiffres progressent et que la perspective de produire prochainement des sérums en Afrique même, au moins sous licence, semble de moins en moins utopique. Mais à ce jour, 3 % seulement de la population est entièrement vaccinée et tous les acteurs de terrain témoignent d’une réticence encore forte au sein de nombreuses communautés. On note toutefois de grands écarts entre les pays puisqu’à la fin du mois de septembre, quinze d’entre eux avaient atteint l’objectif fixé par l’OMS au printemps dernier, qui était d’avoir vacciné 10 % de la population.

Parmi les nations affichant les taux d’inoculation les plus élevés : les Seychelles et Maurice (plus de 60 %), le Maroc (48 %), la Tunisie, les Comores et le Cap Vert (plus de 20 %). A l’autres extrémité du spectre, 26 pays ayant reçu des doses de vaccin n’ont entièrement vacciné que 2 % de leur population. En matière d’efficacité de la vaccination, les chiffres, on l’a dit, valent ce qu’ils valent, mais certains invitent tout de même à réfléchir : mi-octobre, les Seychelles et la Somalie affichaient à peu près le même nombre de contamination, soit entre 21 000 et 22 000. Mais les Seychelles, qui ont largement vacciné, n’annonçaient que 119 morts du Covid quand la Somalie en affichait 1 180.

 

Mise à jour quotidiennement, notre carte évolutive dresse un panorama en temps réel de l’état d’avancée de la maladie. Elle se concentre sur trois variables : le nombre de décès, le nombre total de cas déclarés depuis le début de l’épidémie, et le nombre de guérisons recensées. En passant votre souris sur chaque pays, vous pourrez consulter le détail de ces informations par pays, mais aussi les différentes mesures de restriction mises en place.

La couleur de la carte est graduée selon le nombre de décès.

Si vous ne parvenez pas à lire la carte : cliquez ici.