Sécurité

Mali : le groupe de Iyad Ag Ghaly prêt à négocier avec Bamako à condition que la France et l’ONU s’en aillent

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 09 mars 2020 à 20h29
Une patrouille de Casques bleus tchadien à Kidal, en 2017 (Illustration).

Une patrouille de Casques bleus tchadien à Kidal, en 2017 (Illustration). © Creative Commons / Flickr / Sylvain Liechti/MINUSMA

Le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), alliance jihadiste dirigée par Iyad Ag Ghaly, se dit prêt à négocier avec Bamako, mais pose ses conditions : que la France et l’ONU retirent leurs forces du Mali.

« Nous sommes prêts à engager des négociations avec le gouvernement malien, dont le président a annoncé son souhait de négocier avec [le GSIM] afin de discuter des moyens de mettre fin au conflit sanglant entré dans sa septième année à cause de l’invasion des croisés français », a écrit le groupe jihadiste affilié à Al-Qaïda, dans un communiqué publié par sa plate-forme al-Zallaqa et authentifié lundi par l’ONG américaine de surveillance des sites jihadistes SITE.

Le groupe, dirigé par Iyad Ag Ghaly, pose cependant pour condition « la fin de l’occupation raciste et arrogante des croisés français » et ajoute qu’il « ne saurait être question de négociations à l’ombre de l’occupation, avant le départ du Mali de toutes les forces françaises et de ceux qui les suivent ».

Le changement de ligne de Bamako

Ce communiqué du groupe jihadiste fait suite à la récente décision du président malien Ibrahim Boubacar Keïta de rompre avec la ligne suivie jusqu’alors officiellement dans le conflit en cours depuis 2012 et de tenter de dialoguer avec certains jihadistes maliens.

« J’ai le devoir et la mission de créer tous les espaces possibles et de tout faire pour que, par un biais ou un autre, nous parvenions à un apaisement. Il est temps que certaines voies soient explorées […]. Nous ne sommes pas des gens butés, bloqués ou obtus », avait notamment déclaré le président malien, le 10 février dernier.

Iyad Ag Ghaly, l’émir de GSIM, figure de la tribu touarègue des Ifoghas, est un acteur clé dans la région de Kidal, dans le nord du Mali, où l’armée malienne reconstituée est revenue le 13 février dernier, pour la première fois depuis 2014.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte