Diplomatie

Crise en Libye : Khalifa Haftar reçu par Emmanuel Macron à l’Élysée

Le maréchal Khalifa Haftar, le 17 décembre 2019 à Athènes.

Le maréchal Khalifa Haftar, le 17 décembre 2019 à Athènes. © Thanassis Stavrakis/AP/SIPA

Le maréchal Khalifa Haftar a été reçu par Emmanuel Macron, au palais de l’Élysée. Lors de ce rendez-vous, qui ne figurait pas à l’agenda officiel du président français, l’homme fort de l’est de la Libye, aurait assuré être prêt à signer le cessez-le-feu, mais indiqué qu’il fallait que les milices le respectent aussi.

Au cours d’une rencontre d’une heure à l’Élysée, qui n’avait pas été annoncée, Khalifa Haftar « a assuré qu’il s’engageait à signer le document du cessez-le-feu mais que cet engagement cesserait si les milices ne le respectent pas », a indiqué l’Elysée, en faisant allusion aux groupes armés qui soutiennent le Gouvernement national d’union (GNA) au pouvoir à Tripoli.

Paris soutient les efforts engagés par l’ONU en faveur d’un cessez-le-feu et du lancement d’un dialogue politique interlibyen, mais toutes les tentatives ont jusqu’à présent échoué, comme l’a reconnu l’émissaire de l’ONU en Libye, Ghassan Salamé, en démissionnant au début du mois.

Les forces de Haftar mènent depuis le 4 avril 2019 depuis une offensive pour prendre Tripoli, siège du Gouvernement national d’union (GNA), dirigé par Fayez Sarraj et reconnu par l’ONU.

La discussion à l’Élysée a également porté sur le pétrole, affecté par le blocus portuaire, et l’implication de pays étrangers en Libye, selon l’Élysée.

Paris craint une internationalisation

Emmanuel Macron avait reçu le maréchal Haftar le 23 mai 2019 et l’avait appelé à reprendre le processus politique pour sortir le pays du chaos. Paris et les autres capitales européennes craignent de voir le conflit s’internationaliser et dégénérer davantage avec l’arrivée sur le terrain de la Turquie, la présence suspectée de mercenaires russes et l’existence d’une multitude de groupes armés – notamment des milices jihadistes, des trafiquants d’armes et des passeurs de migrants.

Le GNA est soutenu par la Turquie et le Qatar, le maréchal Haftar, qui doit prochainement se rendre en Allemagne, par les Émirats arabes unis, la Russie, l’Égypte et l’Arabie saoudite. Paris dénonce régulièrement l’envoi d’armes et de mercenaires syriens par la Turquie en Libye en violation de l’embargo.

La France affirme qu’elle n’est « pas pro-Haftar ou pro-Sarraj » alors qu’elle est soupçonnée de soutenir en coulisses l’homme fort de l’Est libyen, ce qu’elle dément.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte