Assurances

Le panafricain Sunu à la conquête du marché congolais de l’assurance

Kinshasa, vue aérienne (photo d'illustration)

Kinshasa, vue aérienne (photo d'illustration) © Jeune Afrique

Envisagée dès 2015, année de la promulgation de la libéralisation du secteur des assurances en RDC, l’entrée du groupe fondé par Pathé Dione sur le marché congolais est enfin actée.

Près d’un an après la première vague d’octrois de licences à des sociétés privées d’assurance, l’Autorité de régulation et de contrôle des assurance (Arca), organisme mis en place en 2016 pour encadrer la libéralisation du secteur, a délivré le 7 mars trois nouveaux agréments dans le secteur des assurances non vie, dont l’un à la filiale locale du groupe panafricain fondé par Pathé Dione, Sunu assurances IARD RDC SA.

L’assureur  n’avait en effet pas été retenu lors la première salve d’agréments, le 28 mars 2019, où avaient été privilégiées les deux filiales de Rawbank, Rawsur SA (IARD) et Rawsur Life SA (assurance-vie), la filiale locale du camerounais Activa ainsi que la Société financière d’assurance Congo (SFA).

Sunu, qui évoquait en 2015 la création de deux filiales en RDC, IARD et vie, n’évoque plus à partir de 2016 qu’une demande d’agrément pour la branche IARD dans ses rapports annuels. L’idée d’une deuxième société vie n’est pour autant pas abandonnée. « C’est un objectif à court terme ; les formalités sont en cours », précise la société.

Le groupe, qui a enregistré en 2018 un chiffre d’affaires de 244 millions d’euros – principalement en Côte d’Ivoire (44,53 % du CA), au Sénégal (8,98 %) et au Gabon (8,29 %) -, se lance ainsi dans un quinzième marché sur le continent. « L’expansion du groupe se poursuit en Afrique centrale, notre ambition étant d’être présent sur tout le continent, pour plus de proximité et pour mieux adapter nos produits à nos populations et entreprises », nous précise la société.

Huit opérateurs sur un marché monopolistique jusqu’en 2019

Outre celui de Sunu, a été validé l’agrément de Mayfair Insurance Congo SA, filiale du groupe kényan présent en Zambie, en Tanzanie, au Rwanda et en Ouganda. En 2018, l’assureur kényan affichait un bénéfice avant impôts de 508 millions de shillings kényans (4,45 millions d’euros) en 2018 et un revenu net de 274 millions de shillings. L’Arca a également validé le lancement des activités de Global Pionner Assurance SA, une filiale du groupe dirigé par Erik Prince et coté à Hong-Kong Frontier Services Group.

Cette vague d’agréments porte à sept le nombre de sociétés privées d’assurances qui opèrent aux côté de la Sonas, l’opérateur public créé en 1966 et en situation de monopole jusqu’en mars dernier. Une multiplication des acteurs dans laquelle le régulateur voit une multiplication des opportunités : selon les chiffres de l’Arca, le marché des assurances, qui représente actuellement 100 millions de dollars, pourrait peser 800 millions de dollars à court terme et 3 à 5 milliards de dollars à moyen terme. Lors de l’ouverture effective à la concurrence, l’an dernier, le taux de pénétration de l’assurance ne dépassait en effet pas les 0,5 %.

Ont enfin été autorisées trois nouvelles sociétés de courtage (Juasur, Elite Congo SARL et Dambana Assurance Sarlu), ce qui porte à sept le nombre de sociétés du secteur, les courtiers Assurances Okapi SARL et Ascoma RDC SARL ayant obtenu le feu vert le 8 août 2019.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte