Économie

Albert Yuma s’insurge contre le « harcèlement fiscal » et l’« ingérence étrangère » en RDC

| Par - à Kinshasa
Albert Yuma, à Paris, le 8 novembre 2013.

Albert Yuma, à Paris, le 8 novembre 2013. © Vincent Fournier/JA

Environnement des affaires délétère, morose et peu transparent, harcèlement fiscal… Albert Yuma, le président de la fédération des entreprises du Congo (FEC), a lancé une violente charge contre la politique du gouvernement. Mais aussi contre l’« ingérence étrangère » dans les questions minières.

« Aucun gouvernement ne devrait jamais promettre ce qu’il n’est pas certain de tenir. C’est une question de crédibilité et de responsabilité de l’action publique vis-à-vis des gouvernés ». Actuellement au centre d’une enquête judiciaire ouverte par le parquet de Kinshasa portant sur une dette de 128 millions d’euros contractée par la Gécamines, qu’il préside, c’est sous sa casquette de président de la Fédération des entreprises du Congo (FEC) qu’Albert Yuma Mulimbi a tapé du poing sur la table le 29 février, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux de l’organisation patronale, à l’hôtel Pullman.

Ce proche de Joseph Kabila – qui avait un temps tenté de l’imposer à la primature, en avril 2019 – a appelé le nouveau pouvoir à amorcer des grandes réformes pour améliorer le climat des affaires et instaurer un système fiscal efficace en RDC. Des réformes, qui permettraient à l’État, assure-t-il, de stimuler les investissements et les recettes publiques.

Son appel intervient quelques jours après la fin de la mission d’évaluation du programme intérimaire du FMI, dont le compte-rendu témoigne d’inquiétudes similaires.

  • Croissance économique en repli

Les dernières données statistiques publiées par la Banque centrale du Congo indiquent que l’activité économique en RDC a fléchi en 2019 par rapport à l’année 2018. Ainsi, le taux de croissance économique a atteint 4,6 % contre 5,8 % en 2018. « Bien que ce taux de croissance soit supérieur à la moyenne des pays subsahariens, la croissance économique de la RDC demeure fragile et peu inclusive car portée par le secteur minier, secteur hautement capitalistique mais peu pourvoyeur d’emplois », souligne Albert Yuma.

Pour démontrer l’impact négatif de cette fragilité, le président de la FEC fait référence au dernier Rapport sur le développement humain de 2019, du Pnud, qui classe la RDC à la 179e position avec un IDH de 0,459. « Cette position est en recul de 3 places par rapport à l’année 2018. Sans grande surprise nous continuons donc à stagner, voire à régresser, dans le peloton de queue des pays à développement humain les plus faibles », s’inquiète Albert Yuma.

Ce n’est pas la sortie la plus sévère du patron des patrons sur le sujet. Lors de la même cérémonie des vœux de la FEC, en janvier 2014, il avait ainsi remis en cause les chiffres officiels de la croissance et déploré la persistance du sous-emploi et de la pauvreté, critiquant sévèrement la politique économique d’Augustin Matata Ponyo, alors Premier ministre.

  • Un climat des affaires qui « dissuade toute velléité d’entreprendre »

La loi de finances 2020 prévoit la collecte d’environ 203 taxes et impôts pour alimenter les caisses de l’État.  Pour Albert Yuma, « l’environnement des affaires reste largement délétère, morose et peu transparent, dominé par la corruption, le harcèlement fiscal, l’insécurité juridique et judiciaire ainsi que par des coûts de facteurs de production si élevés, qu’ils dissuadent toute velléité d’entreprendre ».

  • Pas de concertation dans les décisions publiques

« Les capacités d’intervention de l’État se sont dégradées en raison d’initiatives prises sans concertation aucune, et si certaines d’entre elles ont eu certaines mérites, elles s’avèrent en fin de compte créatrices de frustrations car non applicables financièrement », a déploré Albert Yuma.

Le patron des patrons est ainsi revenu sur le plan de trésorerie publié début février, qui réduit les recettes courantes à environ deux millions de dollars, contre une prévision de plus de sept millions de dollars dans la loi de finance. « Nous avons observé avec regret, mais avec le sentiment qu’il ne pouvait en être autrement, la réduction implicite du budget de l’État », a-t-il déclaré, rappelant avoir « émis des doutes » lors de l’adoption de ce budget « sur la capacité du pays à soutenir de telles dépenses avec des recettes que nous jugions irréalistes et […] sans rapport avec nos capacités contributives ».

  • Soutien au gouvernement sur la sous-traitance minière

Sur la question des mines, en revanche, le patron des patrons congolais a espéré la fermeté de Kinshasa après que les ambassadeurs de 19 pays ainsi que la délégation de l’union européenne ont saisi le gouvernement, le 21 février, pour réclamer un moratoire de six mois quant à l’application de la loi sur la sous-traitance [imposant de recourir exclusivement à des entreprises locales] et un dialogue en vue d’aplanir les « incompréhensions ». « Je le dis très clairement ici, il est inadmissible que que des ambassades étrangères se mêlent des politiques publiques internes », a martelé Albert Yuma pour qui cette loi est un « levier à l’émergence d’entreprises locales » et à des investissements futurs.

« Il est patent qu’aujourd’hui, le tissu économique n’est pas en capacité d’absorber 100 % de la demande de sous-traitance », a-t-il reconnu. « Mais il est tout aussi clair que si on ne fait rien, on trouvera difficilement des acteurs locaux susceptibles d’investir dans la durée sans avoir la garantie de pouvoir compter sur des contrats futurs », a-t-il argué.

Albert Yuma a également fait part de ses « inquiétudes » quant aux futures propositions du FMi pour le secteur minier, accusant les rapports officiels de l’organisation de « plagier quasi intégralement les conclusions de certaines ONG ». « Soit le FMI n’a pas de vision propre pour l’industrie minière, ce qui est troublant, soit c’est que les dés sont déjà pipés en fonction des intérêts représentés par ces ONG et que je juge contraires à ceux du Congo et à sa souveraineté ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte