Environnement

La RDC à son tour touchée par l’invasion de criquets pèlerins

Des essaims de criquets au Kenya, le 24 janvier 2014

Des essaims de criquets au Kenya, le 24 janvier 2014 © Ben Curtis/AP/Sipa

Après l’Afrique de l’Est, la République démocratique du Congo est à son tour touchée par l’invasion des criquets ravageurs, faisant redouter des conséquences agricoles calamiteuses.

Les criquets pèlerins ont fait leur apparition en fin de semaine dernière dans la province de l’Ituri (nord-est), à la frontière avec le Soudan du Sud et l’Ouganda, des pays déjà touchés. « Un petit groupe de criquets pèlerins matures est arrivé le 21 février sur la rive occidentale du lac Albert près de Bunia, après avoir traversé le nord de l’Ouganda par de forts vents de secteur nord-est », indique l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). « La dernière fois que le pays a reçu du criquet pèlerin remonte à 1944 », précise la FAO dans « L’observatoire acridien » daté du 24 février.

Les criquets ont été aperçus pour la première fois en RDC le 19 février dans le territoire d’Aru, en Ituri, a indiqué à l’AFP Jean-François Kamate, inspecteur agricole dans cette zone de l’Ituri. « Il y a un risque qu’ils se multiplient. Ils se promènent en couple et ravagent tout ce qui est vert, même les écorces, la pelouse », s’est-il inquiété. L’expert agricole redoute « une famine comparable à celle de 1944 lors de la dernière apparition d’insectes ravageurs dans ce territoire à vocation agricole ».

« Insécurité alimentaire »

La présence de ces insectes inquiète jusque dans les deux provinces voisines du Nord et du Sud-Kivu « en proie en l’insécurité alimentaire », a dit Josué Aruna, un militant de la société civile environnementale au Sud-Kivu. Peuplés de plusieurs millions de personnes, les deux Kivus comme l’Ituri comptent des dizaines de milliers de déplacés qui ont fui les violences des groupes armés dans ces trois provinces.

Ces derniers mois, les criquets pèlerins ont frappé neuf pays d’Afrique : l’Éthiopie, la Somalie, l’Érythrée, la Tanzanie, l’Ouganda, Djibouti, le Kenya, le Soudan et le Soudan du Sud. Leurs essaims peuvent atteindre des tailles gigantesques. Au Kenya, l’un d’entre eux a été estimé à 2 400 km³, soit presque l’équivalent d’une ville comme Moscou. Ce qui signifie qu’il pouvait contenir jusqu’à 200 milliards de criquets.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte