Politique

Calibri Calibro, l’« anti-sardinard » qui a mis le feu aux poudres entre Macron et Biya

Emmanuel Macron, Calibri Calibro et Paul Biya. (Photomontage).

Emmanuel Macron, Calibri Calibro et Paul Biya. (Photomontage). © Photos : Sipa AP / DR / Sipa AP

La vidéo de son échange avec le président français Emmanuel Macron, a fait sortir de l’ombre Abdoulaye Thiam – dit « Calibri Calibro » -, qui s’impose désormais comme l’un des activistes de la diaspora les plus médiatiques. Celui qui cristallise aussi la plupart des critiques.

Pour le gouvernement camerounais, il n’est qu’un « quidam ». Pour les médias un « activiste ». Et pour les farouches opposants au régime de Yaoundé, depuis qu’il a interpellé le président français sur la situation au Cameroun, il fait figure de héros.

La vidéo de l’échange entre Abdoulaye Thiam – dit « Calibri Calibro » –  et Emmanuel Macron, samedi 8 février, est devenue virale, et déclenché l’ire des autorités camerounaises. On y entend notamment le président français affirmer son intention d’« appeler la semaine prochaine le président Paul Biya » et de « mettre le maximum de pression pour que la situation cesse ».

La riposte de Yaoundé a été immédiate, et massive. Le ministre de la Communication a mené la première charge, bientôt suivi par le secrétariat général du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC, au pouvoir). La présidence de la République s’est, enfin, fendue d’un communiqué au ton ferme. « Le président [Paul Biya] est comptable de son action devant le seul peuple camerounais souverain et non devant un dirigeant étranger, fut-ce un ami. Il n’a pas besoin de pression extérieure », peut-on notamment y lire.

Repéré par Brice Nitcheu et Patrice Nouma

Des membres de la Brigade Anti-Sardinards à Bruxelles, en septembre 2019.

Des membres de la Brigade Anti-Sardinards à Bruxelles, en septembre 2019. © Brigade Anti-Sardinards France (Facebook)

Si elles ont toutes insisté sur la souveraineté nationale, toutes ces réactions avaient également pour point commun de cibler le comportement Calibri Calibro, accusé de vouloir mettre à mal les relations entre Paris et Yaoundé.

De son vrai nom Abdoulaye Thiam – son père est franco-sénégalais et sa mère camerounaise -, Calibri Calibro était pourtant un inconnu au Cameroun il y a encore deux ans. Sa première apparition publique en tant qu’activiste remonte à juillet 2018, après la révélation par la presse d’exactions commises par des soldats camerounais engagés dans la lutte contre Boko Haram à Zelevet, dans la région de l’Extrême-Nord.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte