Banque

Bénéfices en hausse et nouvelle feuille de route pour Attijariwafa Bank

Le siège d'Attijariwafa Bank à Casablanca, le 7 septembre 2011 (image d'illustration).

Le siège d'Attijariwafa Bank à Casablanca, le 7 septembre 2011 (image d'illustration). © Hassan OUAZZANI Pour Jeune Afrique

La première banque marocaine en Afrique, qui a passé le cap des 100 milliards de dirhams (9,2 milliards d’euros) de valorisation à la Bourse de Casablanca, a restructuré son état-major et repensé l’architecture interne en créant de nouvelles entités pour une nouvelle phase de croissance sur le continent. Décryptage.

Au terme de l’année écoulée, Attijariwafa Bank – filiale du holding royal Al Mada – affiche pour la première fois, depuis le lancement en 2016 de son plan « Énergie 2020 », une croissance de son résultat net part du groupe (RNPG) inférieure à celle de son chiffre d’affaires.

Le groupe dirigé par Mohamed El Kettani a réalisé un produit net bancaire de 23,5 milliards de dirhams, en hausse de 4,9 %, pour un BNPG de 5,8 milliards de dirhams (+3,2 %). En 2018, ces deux indicateurs étaient respectivement en progression de +3,4 % et +5,8 %.

Dans le communiqué de présentation des résultats, rendu public lundi 24 février, le groupe attribue la progression plus lente de son bénéfice à des « éléments exceptionnels impactant les comptes consolidés en 2019 pour la première fois ». Parmi eux, l’entrée en vigueur de nouvelles normes comptables appliquées à ses filiales à l’international et dans les assurances, ainsi que celle « du nouvel impôt sur la cohésion sociale au Maroc ». Sans eux, le RNPG serait en progression de +8,7 %.

Nouvelle configuration autour de Mohamed El Kettani

Une bonne performance sous-jacente, signe de la solidité des fondamentaux du groupe, alors que celui-ci entame la préparation de son nouveau plan stratégique. Dans cette optique, son conseil d’administration de ce 24 février, s’est chargé de redistribuer les cartes après la décision de Boubker Jaï qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Comme l’avaient annoncé nos confrères de Jeune Afrique Business+, celui qui était DG en charge du pôle banque de financement et investissement, de marchés des capitaux et filiales financières quitte le groupe après une longue carrière. À partir du 2 mars, une nouvelle configuration se mettra autour du président, Mohamed El Kettani.

Ainsi, Ismail Douiri hérite de la banque de détail à l’international en plus des filiales de financement spécialisées comme Wafa Salaf, Wafa Immobilier ou encore Wafa Bail.

Création de nouvelles entités

En plus de cette reconfiguration, le conseil d’administration tenu ce 24 février a ratifié la création de nouvelles entités. Comme celle, sous la direction d’Ismail Douiri, qui se chargera de la filiale en Égypte, en Tunisie et en Mauritanie appelée Banque de Détail Afrique du Nord, hors Maroc bien évidemment. Une autre entité similaire, Banque de Détail Afrique de l’Ouest et Afrique Centrale, chapeautera l’activité de la CBAO Sénégal, Crédit du Sénégal, Banque Internationale pour le Mali, la Société Ivoirienne de Banque, la BIA Togo, l’Union gabonaise de banque, la Société Commerciale de Banque Cameroun, le Crédit du Congo et Attijariwafa Bank Tchad.

Pour Ismail Douiri, c’est un nouveau défi qui commence. Lui qui va devoir consolider les acquis à l’international engrangés durant les dix dernières années. Le nombre de pays de présence est passé de huit à 25 depuis 2005. Il sera également aux manettes pour les prochaines opérations de conquêtes visant à compléter le portefeuille du groupe.

Deux nouveaux noms font leur apparition en haut de l’organigramme de la filiale d’Al Mada. Il s’agit de Youssef Rouissi devenu directeur général adjoint, à qui revient la direction corporate banking, markets & investor solutions.

Hassan El Bedraoui est nommé quant à lui directeur général adjoint chargé de la transformation, innovation, technologies et opérations. De son côté, Omar Bounjou s’occupera en plus de la banque de détail Maroc, de celle qui centralise l’activité en Europe. Enfin Talal El Bellaj reste directeur général adjoint chargé de la gestion globale des risques.

Les fonctions supports qui étaient jusqu’ici rattachées à la direction Pôle Finances, Technologie et Opérations, sous la houlette d’Ismail Douiri ont été redistribuées. C’est ainsi que Yasmine Aboudrar, la responsable stratégie et développement au niveau du groupe devient directement rattachée à la présidence. Tout comme l’ancien directeur administratif et financier, Rachid Kettani, rendra compte désormais directement à Mohamed El Kettani.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte