Sécurité

RDC : « Tous les groupes armés recrutent parmi les ex-combattants du M23 »

Des soldats des Forces armées de la RDC lors d'une campagne contre les rebelles du M23, en novembre 2012 (archives).

Des soldats des Forces armées de la RDC lors d'une campagne contre les rebelles du M23, en novembre 2012 (archives). © Jerome Delay/AP/SIPA

Signé le 24 février 2013, trois mois après la prise de Goma par les rebelles du M23, l’accord-cadre d’Addis-Abeba devait favoriser le dialogue entre la RDC et ses voisins de l’Est, pour en finir avec la crise sécuritaire. Alors que le 10e sommet des chefs d’État des pays signataires a été reporté sine die, Claude Ibalanky, coordinateur du comité de suivi, en défend les acquis.

« Un moyen réaliste de rétablir la sécurité dans l’est de la RDC dans les plus brefs délais ». C’est ainsi que, le 24 février 2013, le président sud-africain d’alors, Jacob Zuma, présentait l’accord-cadre qui venait d’être signé à Addis-Abeba entre Joseph Kabila et ses homologues de onze pays de la région. Quelques semaines plus tôt, les rebelles du M23 avaient conquis la ville de Goma, dans l’est de la RDC.

Sept ans plus tard, la situation sécuritaire dans cette région du pays montre que cet accord-cadre tarde encore à porter ses fruits. Et, si ces derniers mois ont effectivement vu un rapprochement diplomatique et sécuritaire entre la RDC et le Rwanda, les points de crispations persistent entre les pays de la région des Grands Lacs.

Surtout, le 10e sommet des chefs d’État signataire de l’accord-cadre, qui devait se tenir ce lundi à Kinshasa a, de nouveau, été reporté sine die, à l’initiative des autorités congolaises qui ont expliqué leur décision par un manque de moyens financiers pour permettre au sommet de se tenir dans de bonnes conditions.

Nommé en avril dernier au poste de coordonnateur du mécanisme national de suivi de l’accord cadre d’Addis-Abeba par le président Félix Tshisekedi, Claude Ibalanky assure cependant que les choses avancent.

Jeune Afrique : Un membre du comité de suivi de l’accord jugeait que le report du 10e sommet, qui devait se tenir ce lundi, a « lourdement entamé la crédibilité » de la RDC. En Conseil des ministres, Félix Tshisekedi a dit vouloir qu’il se tienne en mars prochain. Qu’adviendra-t-il en cas de nouveau report ?

Claude Ibalanky : Cela signifierait que nous perdrions une part de notre réputation. Et ce n’est pas le moment, alors que nous nous préparons à prendre la présidence de l’Union africaine, l’an prochain. Toute les conditions matérielles sont désormais réunies, il n y a donc plus de raison que l’on ne puisse pas fixer la date bientôt. Nous attendons l’aval du chef de l’État.

Sept ans après la signature de cet accord-cadre, la situation dans l’est du pays reste pourtant très problématique…

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte