Santé

Des femmes porteuses du VIH stérilisées de force dans des hôpitaux en Afrique du Sud

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 25 février 2020 à 09h51
Les laboratoires de Port Elizabeth produisent 40,6 % des médicaments anti-VIH d'Afrique du Sud.

Les laboratoires de Port Elizabeth produisent 40,6 % des médicaments anti-VIH d'Afrique du Sud. © John Mcconnico/AP/Sipa

Une cinquantaine de Sud-Africaines porteuses du VIH ont été stérilisées de force dans des hôpitaux, selon une enquête menée depuis 2015 par la Commission pour l’égalité des sexes en Afrique du Sud.

Une enquête menée depuis 2015 par la Commission pour l’égalité des sexes en Afrique du Sud (CGE) fait état de 48 cas documentés de stérilisation forcée dans les hôpitaux sud-africains. Alertée par des organisations de défense des droits des femmes, la CGE avait réuni des témoignages sous serment de plaignantes faisant état de ces stérilisations.

Forcées de signer des formulaires de consentement

« Toutes les femmes qui ont déposé plainte étaient des femmes noires qui étaient majoritairement porteuses du VIH », a déclaré la cheffe du CGE, Keketso Maema, citée dans ce rapport publié lundi. « Alors qu’elles étaient sur le point d’accoucher, elles ont été contraintes ou forcées de signer des formulaires dont elles ont appris par la suite qu’il s’agissait de formulaires de consentement permettant par divers moyens à l’hôpital de les stériliser », selon les termes du document.

Des enquêteurs ont découvert que du personnel hospitalier menaçait de refuser de prodiguer à ces femmes des soins médicaux si elles ne signaient pas ces formulaires. Certaines des plaignantes, selon ce rapport, ont déclaré avoir reçu ces formulaires alors qu’elles vivaient des moments de « douleur extrême » au cours desquels elles ne pouvaient pleinement comprendre le contenu de ces formulaires et ce qu’elles étaient en train de signer.

La commission a conclu que ces femmes ont subi « des traitements dégradants »

Violations graves des droits humains

La commission a conclu que ces femmes ont été exposées à des violations graves des droits humains et subi « des traitements dégradants ». En outre, elle accuse le personnel hospitalier d’avoir failli à leur « obligation de soins ». Ce rapport a été communiqué au ministère sud-africain de la Santé, qui n’a pas souhaité s’exprimer dans l’immédiat.

Le nombre total de personnes vivant avec le VIH en Afrique du Sud est passé d’environ 4,64 millions en 2002 à 7,97 millions en 2019, selon des statitisques gouvernementales. En 2019, 13,5% de la population totale en Afrique du Sud était séropositive.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte