Justice

Audit du programme d’urgence de Tshisekedi : le directeur de la Safricas interpellé

| Par Jeune Afrique avec AFP
Mis à jour le 21 février 2020 à 09h55
Le président congolais Félix Tshisekedi, à Berlin, le 15 novembre 2019.

Le président congolais Félix Tshisekedi, à Berlin, le 15 novembre 2019. © Michael Sohn/AP/SIPA

Le patron du BTP a été arrêté pour sa mauvaise gestion présumée des grands travaux présidentiels, dans le cadre de l’enquête sur le programme d’urgence de Félix Tshisekedi, a annoncé jeudi le ministre de la Justice.

Le directeur général de la société Safricas « a été retenu au parquet » mercredi, a expliqué le ministre de la Justice Célestin Tunda Ya Kasende. « Il lui est reproché sa mauvaise gestion (…). Est-ce que ce sont des détournements? Est ce que ce sont des abus de confiance? C’est le juge qui va le déterminer », a-t-il expliqué.

Safricas est l’une des entreprises qui construisent une demi-douzaine de ponts routiers devant enjamber la chaussées à Kinshasa pour en finir avec les bouchons aux grands croisements de la capitale. Connus par les Kinois sous le nom de « Sauts-de-mouton », ces futurs échangeurs routiers sont le symbole des « travaux d’urgence » lancés en mars-avril par le nouveau président Tshisekedi, sous le nom du « programme des 100 jours ».

Près d’un an après, les « Sauts-de-mouton » sont toujours inachevés, comme d’autres chantiers lancés dans la foulée de l’investiture du président le 24 janvier 2019. Le président avait décidé « d’un audit sur l’utilisation des fonds débloqués pour la construction de ces ouvrages », selon le compte-rendu du conseil des ministres du 6 février. Le chef de l’État avait fait une tournée d’inspection des chantiers des « sauts-de-mouton » le 13 février.

Réformer la justice

« Tout porte à croire qu’il s’est réellement passé quelque chose d’anormal », a commenté samedi le président par intérim du parti présidentiel UDPS, Jean-Marc Kabund. « L’UDPS exige la démission de toute personne (…) sur qui repose une once de soupçon dans le cadre du programme des 100 jours du chef de l’État« , a-t-il ajouté dans un discours lors du 38e anniversaire du parti.

Le président Tshisekedi vient de nommer sept haut-magistrats pour réformer la justice et lutter contre la corruption. Dans le même temps, les magistrats font grève depuis dix jours pour obtenir de « meilleures conditions du travail ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte