Start-up

Cryptomonnaie : la start-up nigériane Bitfxt lève 15 millions de dollars

| Par
Boundlesspay, la solution de Bitfxt, permet l'échange de cryptomonnaies.

Boundlesspay, la solution de Bitfxt, permet l'échange de cryptomonnaies. © Crypto360 on Visual Hunt / CC BY

La jeune pousse spécialisée dans les échanges de crypto-monnaies et basée à Lagos a levé 15 millions de dollars auprès de la société britannique Payitup Clearinghouse Ltd.

La start-up nigériane Bitfxt, notamment dédiée à l’échange de crypto-monnaies comme le bitcoin, vient de boucler une levée de fonds de 15 millions de dollars auprès du fonds spéculatif britannique Payitup Clearinghouse Ltd. À travers cet accord, l’entreprise britannique devrait agir comme une chambre de compensation sur tous les marchés en Afrique et en Europe par le biais de ses filiales et réseaux de règlement immédiat.

Bitfxt pourra en outre  bénéficier auprès de son partenaire d’une facilité de crédit renouvelable de 125 millions de dollars pour ses mouvements financiers.

Selon Bitfxt, le financement par des fonds institutionnels étrangers témoigne de son potentiel de croissance sur un continent, de plus en plus friand de cryptomonnaies, vues comme une solution alternative d’épargne, d’échange et de paiement « dans des contextes où la monnaie officielle subit une inflation à deux voire trois chiffres », expliquait en novembre 2019 Jérôme Mathis, professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, à Jeune Afrique. C’est notamment le cas du  Nigeria, premier pays africain détenteur de bitcoins, qui a connu en 2018 un taux d’inflation de 11 %.

Conversions en dollars et en nairas

Pour répondre à l’appétit grandissant de ce marché, de nombreuses start-up ont émergé comme SureRemit, NairaEx ou Paychant. Créée en 2016, Bitfxt a réussi à se démarquer en développant Boundlesspay, un portefeuille numérique qui permet de stocker et surtout d’échanger des cryptomonnaies selon les besoins des utilisateurs. L’entreprise a aussi créé une carte de débit directement connectée à Boundlesspay, qui permet de dépenser et de distribuer de l’argent numérique à partir de n’importe quel guichet automatique ATM.

Grâce à la levée de fonds de 15 millions de dollars, Franklin Peters, le directeur général et fondateur de Bitfxt, diplômé en informatique de l’université Nsukka au Nigeria, compte étoffer le portefeuille de devises de Bitfxt afin de permettre à ses utilisateurs de recevoir des paiements et régler en dollars américains.

Dans un communiqué de presse du 17 janvier, la start-up nigériane avait également annoncé un nouveau partenariat avec les développeurs de la cryptomonnaie Dash, permettant aux utilisateurs de la plateforme Bitfxt de convertir des Dash en naira, moyennant des frais de 1 % pour les volumes supérieurs ou égaux à 200 dollars, et de 2 % pour les volumes inférieurs à cette somme.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte