Agroalimentaire

Arachide : au Sénégal, l’exportation met les huiliers en danger

Usine West african Oil à Kahone, Sénégal.

Usine West african Oil à Kahone, Sénégal. © Bastien Defives / Transit pour Jeune Afrique

La demande chinoise ayant absorbé la majeure partie de la production, l’arachide sénégalaise se fait rare chez les transformateurs locaux. Malgré un gel des exportations décidé le 21 janvier, l’huilerie Copéol a dû cesser ses activités, faute de matière première.

Avec un prix au kilogramme pouvant aller jusqu’à 325 francs CFA, les négociants chinois qui sillonnent les champs dès l’ouverture de la campagne de commercialisation de l’arachide (décembre 2019-mai 2020) n’ont eu aucun mal à accaparer l’essentiel de la récolte. En face, le prix plancher officiel a été fixé à 210 F CFA par le gouvernement, en accord avec le Comité national interprofessionnel de l’arachide (Cnia).

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première
  • + de formats (site web, 2 applis, 2 newsletters)
Fermer

Je me connecte