Sécurité

Bernard Squarcini et Vagondo Diomandé annoncés à un colloque sur la sureté pour les entreprises à Abidjan

Militaires postés devant l'hôtel Radisson Blu, le 21 novembre 2015, à Bamako.

Militaires postés devant l'hôtel Radisson Blu, le 21 novembre 2015, à Bamako. © Jerome Delay/AP/SIPA

Alors que la menace terroriste se fait sans cesse plus prégnante, un colloque international se tiendra le 19 mars à Abidjan. Objectif : établir une feuille de route en matière de sûreté pour les entreprises africaines.

Menaces terroristes, conflits armés, cybercriminalité… dans un contexte sécuritaire tendu dans plusieurs pays du continent, quel doit être la réponse du monde économique ? C’est la question à laquelle vont tenter de répondre les participants au colloque international organisé par Intelligence security analyse operation (ISAO) le 19 mars prochain, à Abidjan.

« La sûreté, vecteur de croissance pour l’entreprise », tel est le thème sur lequel des responsables de haut niveau de la sécurité et de la sûreté dans les États et les entreprises sont conviés à  « partager analyses, expériences et recommandations », lors de ce colloque parrainé par le Premier ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly.

Parmi les personnalités qui participeront aux trois panels programmés lors de l’événement, le général Vagondo Diomandé, ministre ivoirien de la Sécurité et de la Protection civile ; Tiéman Hubert Coulibaly, ancien ministre malien de la Défense et des Anciens combattants ou encore le Français Bernard Squarcini, ancien patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

Une feuille de route

L’objectif ? Armer les dirigeants d’entreprises face aux défis sécuritaires, les inciter à intégrer systématiquement dans leurs décisions la problématique de la sûreté. « De la même manière que la sécurité est une condition sine qua non du développement d’un État, la sûreté est un vecteur de croissance pour l’entreprise », insistent les organisateurs, qui promeuvent l’adoption d’une « culture de la sûreté » au sein des entreprises. Au terme de la rencontre, une feuille de route commune en matière de sûreté pour les entreprises africaines sera élaborée.

ISAO, créé en 2014 par le général Mamadou Sow, 64 ans, un proche du président sénégalais Macky Sall dont il a été le chef d’état-major des armées, est présent dans sept pays du continent, dont la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Sénégal.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte