Communication & Médias

Algérie : arrestation d’Anis Rahmani, puissant patron d’Ennahar

Anis Rahmani, le patron d'Ennahar

Anis Rahmani, le patron d'Ennahar © Capture d'écran/DR

Le directeur du premier groupe de médias privé algérien a été arrêté mercredi pour « corruption ».

Anis Rahmani, le puissant patron d’Ennahar, le premier groupe de médias privé algérien, a été arrêté mercredi par la gendarmerie pour « corruption », a-t-on appris jeudi de source sécuritaire. « Il a été arrêté hier pour des faits de corruption. Il est en garde à vue », a déclaré à cette source.

Anis Rahmani, un journaliste de 49 ans, est accusé d’« infraction à la législation de change », « chantage pour l’obtention d’avantages indus », « abus de pouvoir » et « détention de comptes bancaires à l’étranger », selon plusieurs médias privés algériens. Il doit être présenté jeudi devant le procureur de la République.

« Offense et diffamation »

La presse algérienne a fait état de plusieurs plaintes visant Anis Rahmani pour diffamation. Fin décembre, Anis Rahmani et un journaliste d’Ennahar ont été condamnés à six mois de prison ferme pour « offense et diffamation » à l’encontre du général à la retraite Hocine Benhadid qui était à l’époque en prison.

Et lundi, un tribunal d’Alger a condamné Ennahar TV à verser une amende à l’ancien chef de la délégation olympique algérienne aux Jeux olymiques de Rio de Janeiro en 2016, Amar Brahmia, et à sa famille, également pour « diffamation ».

Ennahar TV, née en 2012, est une chaîne d’information nationale qui diffuse en continu. Elle revendique le titre de « première chaîne d’info en Algérie ».

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte