Agroalimentaire

Sénégal : Sodefitex déploie sa stratégie de diversification

En 2013, la Sodefitex a récolté 32 500 tonnes de coton. © Sodefitex

Pour ne plus être à la merci des fluctuations des cours de l'or blanc, la société cotonnière sénégalaise Sodefitex a mis sur pied un plan stratégique qui lui permettra de se diversifier en partenariat avec les paysans dans les céréales mais aussi dans les services au développement agricole.

Pour ne plus être à la merci des fluctuations des cours mondiaux du coton, la Société de développement et des fibres textiles (Sodefitex) veut se diversifier dans les céréales. Le plan stratégique de developpement « Sodefitex, Horizon 2020 » de l’entreprise qui célèbre ses 40 ans d’existence a été lancé fin mai.

Plan stratégique

« La mission initiale de la Sodefitex à sa création était le développement des régions du Sénégal oriental et de la Casamance continentale autour de la filière cotonnière », explique Bachir Diop, directeur général de l’entreprise, filiale de Geocoton. « Nous avons exploité dans le passé une rizerie à Kédougou qui a été fermée dans les années 90 et nous avons une petite minoterie à Tambacounda, poursuit-il. Depuis 2001, nous avons pris l’option de la diversification mais nous n’avons pas pu la porter à l’échelle agroindustrielle ».

Cliquez ici.

Le plan stratégique a été conçu dans le cadre d’une démarche participative au terme de sept mois de travaux par le management avec les organisations professionnelles agricoles, partenaires au développement et les services décentralisés de l’Etat. « On ne peut pas se contenter d’être juste une société cotonnière, nous voulons autour du coton en tenant compte des orientations économiques de l’Etat, développer l’agro-industrie rizicole, la production et la transformation des autres céréales », a souligné Bachir Diop lors du lancement.

Société semencière

La Sodefitex compte ainsi relancer la production rizicole dans les bas-fonds de Kédougou (est), mais aussi installer une unité de décorticage destinée à traiter au moins 3.000 tonnes de riz paddy par an, à partir de 2017. Le maïs, le sorgho et le mil sont aussi des spéculations qui intéressent l’entreprise qui annonce l’installation d’unités de transformation de ces céréales.  La Sodefitex a aussi l’ambition conforter son statut de société semencière en faisant monter en régime la production de semences dont 50  tonnes pour le riz, 100  pour le maïs et 5.000 tonnes pour l’arachide. 

Lire aussi : 

Dossier agriculture : la révolution sera bien élevée

Le Sénégal s’attend à une production record de coton

Le Niger s’allie à Geocoton pour relancer un secteur en panne

Les 25 pionniers de l’agroalimentaire en Afrique francophone

« Nous renforcerons nos prestations de service dans le domaine du développement rural durable (alphabetisation, formation professionnelle agricole, système d’information géographique…) et nous produirons de l’Aflasave, un champignon contre l’aflatoxine qui pose un grand problème de santé publique pour ses effets sur les stocks d’arachide et de maïs au Sénégal », explique-t-il à Jeune Afrique, insistant sur la volonté de la Sodefitex de rester dans le cadre de son « business model » d’agriculture contractuelle avec des milliers d’exploitations agricoles familiales dans le cadre de filières intégrées.

Rendement

En 2013, la Sodefitex a récolté 32.500 tonnes de coton. A l’arrivée, l’entreprise était proche de l’équilibre pour la dernière campagne cotonnière. Le plan stratégique « SODEFITEX, Horizon 2020 », qui va de 2014 à 2020, cible une production de 40 000 tonnes de coton en 2016. « Nous voulons que la production atteigne 60.000 tonnes à l’horizon 2020 avec un rendement agronomique moyen à l’hectare de 1,150 tonne », a ajouté Bachir Diop.

Le montant des investissements requis dans le cadre du plan Horizon 2020 n’ont pas été communiqués : « l’étude financière n’est pas finalisée, elle sera affinée dans le cadre de ses plans d’affaires trisannuels glissants », explique Bachir Diop, qui ajoute que la structure financière de l’entreprise est solide et que le financement se fera par la dette.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte