Diplomatie

Imbroglio diplomatique après le limogeage de Moncef Baati, ambassadeur tunisien à l’ONU

Le Représentant permanent de la Tunisie à l'ONU, Moncef Baâti, le 29 janvier 2020.

Le Représentant permanent de la Tunisie à l'ONU, Moncef Baâti, le 29 janvier 2020. © Loey Felipe/UN Photo

L’invocation d’une « faute diplomatique grave » de la part de Carthage pour justifier le limogeage de l’ambassadeur tunisien à l’ONU suscite la polémique au sein de la sphère diplomatique et de l’opinion publique.

Moncef Baati a-t-il été la victime collatérale d’une situation diplomatique complexe dont la Tunisie – présidente de tour de la Ligue arabe et membre non permanent au Conseil de sécurité pour deux ans – ne savait comment se dépêtrer ?

Chargé de représenter la Tunisie et les pays arabes à l’ONU, l’ambassadeur Baati – qui avait repris du service en septembre 2019 alors qu’il était à la retraite – était mobilisé par les discussions autour d’un projet de résolution d’inspiration palestinienne contre le « deal du siècle » prôné par le président américain Donald Trump.

Il y travaillait conjointement avec son homologue indonésien en coordination avec différentes représentations diplomatiques. Leur objectif ? Faire ratifier le texte par les 15 membres du Conseil de sécurité. Une première mouture de ce projet, diffusée pour concertation, aurait provoqué la colère de Carthage : Baati aurait agi sans la consulter avant diffusion.

Explications contradictoires

Le chargé de l’information au ministère des Affaires étrangères, Bouraoui Limam, a ainsi évoqué « une absence de coordination avec le département ». Une version identique à celle soutenue par la chargée de communication de la présidence, Rachida Ennaifer, qui qualifie « le comportement de Moncef Baati de faute diplomatique grave ». Elle reconnaît néanmoins que « le contenu du document distribué par l’ambassadeur ne diffère pas de la position de la Tunisie envers la cause palestinienne ».

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte