Politique

RDC : Félix Tshisekedi exige des comptes sur la mise en place de son programme d’urgence

Le président Félix Tshisekedi aux côtés de Vital Kamerhe, le 23 novembre 2018.

Le président Félix Tshisekedi aux côtés de Vital Kamerhe, le 23 novembre 2018. © Ben Curtis/AP/SIPA

Face à des soupçons sur l’utilisation des fonds décaissés pour son programme d’urgence des Cent jours, le président Félix Tshisekedi a décidé d’un audit sur le chantier des « sauts-de-mouton » à Kinshasa. L’affaire, sur laquelle la justice a déjà ouvert une enquête, fragilise l’alliance entre l’UDPS et l’UNC au sein de Cach.

Le « programme d’urgence des Cent jours » du président Félix Tshisekedi, lancé le 2 mars dernier, est au cœur de la polémique, à Kinshasa. En particulier, un pan central de son volet infrastructures : la construction de plusieurs « sauts-de-mouton » routiers (croisements par tunnel), destinés à désengorger la circulation dans la capitale congolaise. Mais les travaux tardent à avancer. Et la population s’impatiente. Surtout, le coût, qui avait initialement été fixé à 25 millions de dollars, a quasiment doublé, pour atteindre près de 46 millions de dollars.

Vendredi, plusieurs des caciques de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), ont même décidé de mener une « tournée d’inspection » sur le terrain. En tête, Jean-Marc Kabund-a-Kabund, président intérimaire du parti depuis l’élection de Félix Tshisekedi.

Jean-Marc Kabund-a-Kabund, lors d'une visite des chantiers des "sauts-de-mloutons", à Kinshasa, le 7 février 2020.

Jean-Marc Kabund-a-Kabund, lors d'une visite des chantiers des "sauts-de-mloutons", à Kinshasa, le 7 février 2020. © DR / Cellule communication de l’UDPS

« Nous avons entendu quelqu’un dire à la radio que les travaux du programme des cent jours sont déjà réalisés à hauteur de 70% », a-t-il lancé, faisant référence à des propos tenus quelques jours plus tôt par Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du président congolais. « Mais ce projet-là [de construction des sauts-de-mouton] n’est même à 30% en termes de réalisation », a-t-il affirmé, après une visite très médiatisée lors de laquelle il s’est notamment rendu sur les sites de chantiers des « sauts-de-mouton », ainsi qu’à l’université et dans plusieurs quartiers de la capitale.

Tshisekedi lance un audit

Cet article est réservé aux abonnés

Déjà abonné ?

Accédez en illimité à Jeune Afrique Digital
Accès à tout le site web - 2 applis - 1 édition digitale - 2 newsletters

(sans engagement, résiliez à tout moment)

(payez en une fois et profitez de 2 mois offerts !)

1 minute suffit pour vous abonner à Jeune Afrique Digital !

  • + d'analyses
  • + d'informations exclusives
  • + de débats
  • + d'historique (2 ans d'archives)
  • + d'avant-première (accès 24h avant la publication)
  • + de formats (site web, 2 applis, 1 magazine digital, 2 newsletters)

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte