Diplomatie

Mohamed Siyala, ministre libyen des Affaires étrangères : « Les Africains doivent jouer un rôle plus actif »

Réservé aux abonnés | | Par - envoyé spécial à Addis-Abeba
Mis à jour le 13 février 2020 à 13h48
Mohamed Taher Siala, ministre libyen des Affaires étrangères

Mohamed Taher Siala, ministre libyen des Affaires étrangères © The Official CTBTO Photostream

À l’issue de la réunion du Conseil Paix et Sécurité de l’Union africaine consacrée à la Libye, le ministre des Affaires étrangères du Gouvernement d’entente nationale (GNA) Mohamed Siyala a fait le point sur les négociations et la situation sur le terrain avec Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Quel était votre message à vos partenaires africains et à l’Union africaine ? Estimez-vous qu’ils jouent un rôle suffisant ?

Mohamed Siyala : Mon message à mes partenaires africains est qu’ils doivent jouer un rôle plus actif. Ils en ont la capacité et sont les bienvenus pour le faire. Certes, l’Union africaine a bien d’autres problèmes. Peut-être qu’ils devaient revoir leurs priorités, et qu’ils manquent de ressources aussi. Donc l’ONU doit les aider à jouer leur rôle. Le problème ne peut pas être résolu sans une bonne coopération entre l’Union africaine et l’ONU.

Comment se déroulent les négociations à Genève ?

Les négociations à Genève ont bien commencé me semble-t-il. La communauté internationale a enfin réussi à exercer une pression sur le maréchal Haftar et à impliquer ces commandants dans les négociations, ce à quoi il était réticent au départ. Il les a nommés, puis les a changés, etc. Mais au final ils se rencontrent, même si les réunions sont séparées. C’est un bon début je pense.

Quelle est la situation actuellement autour de Tripoli ?

Sur le terrain, la trêve n’est pas correctement respectée : il y a des violations ici et là. Au gouvernement d’accord national, nous essayons de protéger les civils. Nous n’avons pas commencé la guerre, mais puisque nous y sommes, nous nous devons de protéger les civils : plus de 3 millions d’entre eux vivent à Tripoli, et qui chaque jour subissent des dommages, déplorent des pertes humaines. Il y a près d’un demi-million de déplacés, vous avez un appartement pour cinq familles. C’est une situation qui nous ramène avant l’indépendance, avant la découverte du pétrole en Libye.

Comment jugez-vous les appels de l’Union africaine à intégrer les kadhafistes dans la conférence de réconciliation ?

Quand nous parlons de réconciliation, nous ne voulons exclure aucun Libyen, sauf ceux qui doivent être jugés et punis pour ce qu’ils ont fait aux Libyens.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3093_600b devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte