Transport aérien

Qatar Airways confirme prendre 49 % de Rwandair

| Par
Mis à jour le 05 février 2020 à 12h01
Akbar al-Baker, directeur général de Qatar Airways, à Camberra, en février 2018.

Akbar al-Baker, directeur général de Qatar Airways, à Camberra, en février 2018. © Rod McGuirk/AP/SIPA

Après avoir pris 60% du futur aéroport de Kigali en décembre, le PDG de la compagnie du Golfe a confirmé le mercredi 5 février à Doha son entrée au capital de Rwandair.

C’est l’une des opérations les plus attendues de ce début 2020. S’exprimant dans un sommet consacré au transport aérien à Doha, Akbar Al Baker, PDG de Qatar Airways, a confirmé ce mercredi 5 février l’entrée de sa compagnie dans le capital de Rwandair, à hauteur de 49 %.

Le 9 décembre 2019, Qatar Airways et le gouvernement rwandais avaient conclu un partenariat d’investissement par lequel la compagnie aérienne du Moyen-Orient prenait 60 % du nouvel aéroport de Bugesera (à l’est de Kigali), un projet dont la valeur approche les 1,3 milliard de dollars et qui devait initialement être achevé courant 2020. « Ce sera un hub très efficace dans un pays très stable, au cœur de l’Afrique. Nous voyons l’Afrique comme une région qui a un très gros potentiel de croissance » a affirmé le dirigeant.

Rwandair, qui  enregistre près de 50 millions de dollars de pertes chaque année depuis sa création, aura ainsi un partenaire technique et financier solide, apte à soutenir son développement et sa stratégie de hub. Côté qatari, un rapprochement futur permettra à Qatar Airways de passer outre l’embargo qui oblige tous ses vols à destination de l’Afrique à contourner l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et l’Égypte.

Gagnant-gagnant

Le nouvel aéroport de Kigali pourrait ainsi attirer tous les petits flux de trafic en provenance des pays africains pour les attirer vers Doha, où les avions de Qatar Airways pourraient voler sous numéro de vol Rwandair. Ou ceux de Rwandair, en partage de code avec Qatar Airways. Tout cela sans crainte de survoler l’Arabie saoudite. De quoi permettre à Rwandair une montée en gamme et à Qatar Airways de réduire le temps de vol avec l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale… et éventuellement rattraper son retard sur Emirates et Ethiopian Airlines sur le continent.

Mais le rapprochement entre le Rwanda et Qatar Airways a aussi d’autres visées, expliquait JA en décembre. Il permet notamment à Doha d’avoir accès aux terres arables rwandaises, de diversifier ses sources d’approvisionnement, d’acheter des produits agricoles rwandais, de les transporter par les airs, alors qu’il dépend actuellement beaucoup de la Turquie et de l’Iran, deux partenaires capricieux.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte