Santé

Coronavirus : pour Macky Sall, « le Sénégal n’a pas les moyens de rapatrier ses compatriotes »

Réservé aux abonnés | | Par - à Dakar
Mis à jour le 25 mars 2020 à 11h04
Le président sénégalais Macky Sall, devant le Palais de l'Elysée, à Paris, le 6 juillet 2012. (illustration)

Le président sénégalais Macky Sall, devant le Palais de l'Elysée, à Paris, le 6 juillet 2012. (illustration) © Remy de la Mauviniere/AP/ SIPA

Tandis que plusieurs pays africains ont commencé à rapatrier leurs ressortissants installés en Chine, Macky Sall a estimé le rapatriement des Sénégalais de Wuhan « hors de portée du Sénégal ».

Alors que l’Algérie, le Maroc ou encore la Mauritanie ont rapatrié certains de leurs ressortissants depuis la ville de Wuhan, épicentre de l’épidémie de Coronavirus qui sévit en Chine, le Sénégal n’a pas les moyens de faire de même.

C’est en tout cas ce qu’a annoncé le président Macky Sall ce lundi 3 février à Dakar en marge de la cérémonie « de levée des couleurs » au palais présidentiel. Il a notamment évoqué « une logistique tout à fait hors de portée du Sénégal, [logistique pour laquelle] même les grands pays ont eu beaucoup de difficultés », sans préciser le coût d’une telle opération.

La veille, l’association des étudiants sénégalais en République populaire de Chine (AESC) demandait le « rapatriement immédiat » des treize étudiants sénégalais de Wuhan. « Nous sommes surpris par la décision de l’État sénégalais. Il est de sa responsabilité de veiller à la sécurité de ses citoyens, sur le territoire comme à l’extérieur », réagit le président de l’AESC, Cisko Bécaye, interrogé par Jeune Afrique.

Un soutien financier, des obstacles logistiques

L’épidémie née en Chine a infecté plus de 20 600 personnes, dont 427 sont mortes.

Sur les réseaux sociaux, cette annonce suscite l’incompréhension. « Dire que c’est impossible de rapatrier les Sénégalais qui sont en Chine alors que le Maroc et l’Algérie le font, c’est un scandale ! », s’est insurgé un internaute, quand d’autres jugent « honteux » le fait que « le Sénégal [ait] les moyens de s’offrir un train express régional mais pas de rapatrier ses fils ».

En charge de l’appui aux Sénégalais de l’extérieur, le ministère des Affaires étrangères n’a répondu à nos sollicitations.

« Nous ne pouvons pas délaisser nos compatriotes et nous faisons tout notre possible », a quant à lui estimé Macky Sall, rappelant « les appuis » envoyés aux Sénégalais de Wuhan. Une aide de 600 000 francs CFA par personne (soit un peu plus de 910 euros), utile pour faire face « à l’augmentation du coût des produits de première nécessité », estime certes Cisko Bécaye. « Mais ils ne veulent pas d’argent, ils veulent simplement rentrer au pays », rétorque-t-il.

Pas de cas suspect au Sénégal

Mais l’obstacle est surtout logistique d’après Macky Sall : « il faudrait des avions spéciaux qui puissent aller sur place. Il faudrait du personnel différent de celui des compagnies aériennes. Peut-être du personnel militaire. Et lorsque ces personnes reviennent, il faudrait les mettre en quarantaine dans un lieu équipé en conséquence. Ce qui n’est pas le cas, pour le moment, de notre pays », a justifié le président sénégalais.

Dakar compte quatre hôpitaux dont le service des maladies infectieuses est apte à accueillir des patients et les mettre en quarantaine, explique quant à lui le docteur Mamadou Ndiaye, à la tête de la Direction de la prévention auprès du ministère de la Santé.

Mais aux centres hospitaliers nationaux universitaires de Fann à Dakar, de Le Dantec, à l’hôpital principal de Dakar, ou encore à l’hôpital Idrissa Pouye à Yoff, « personne n’a encore été mis en quarantaine, car il n’y a pour l’heure aucun cas de coronavirus déclaré ou suspecté au Sénégal », tient-il à rassurer.

Quant aux Sénégalais revenus de Chine par leurs propres moyens, « ils ont été contrôlés à l’aéroport et font l’objet d’un suivi quotidien », a-t-il garanti.

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte

devices

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

Accédez en illimité à l'ensemble de nos articles en vous abonnant pour seulement 1€

je m'abonne